E.S.T. – A.S.M. (2 – 2) : Quand les Sang et Or jouent avec le feu





L’EST qui n’a pas retenu la leçon de mercredi dernier face au SG a failli laisser des plumes dimanche pour n’avoir pas su profiter pleinement de sa domination en première période, alors que l’ASM a joué intelligemment le coup et aurait pu s’assurerle hold up.


 


Un peu comme face au SG, l’Espérance de Cabral rajeunie, enthousiaste et conquérante, a dominé la première mi-temps grâce à un pressing haut, au travail inlassable des Zaïem, Aboucherouane et S. Derbali pour n’inscrire qu’un seul but, œuvre de Zaïem sur balle arrêtée. Et encore une fois, l’attaque menée par le duo Bouazzi - Derbali a fait preuve d’un manque de lucidité manifeste qui l’a empêché de tuer le match assez tôt. Il faut reconnaître aussi que le gardien marsois Trabelsi a réussi de beaux arrêts et que le referee a fermé les yeux sur un penalty évident en faveur de Berrebat à la (40’) quand le score était de un à zéro. Mais au lieu de poursuivre sur le même rythme, les Sang et Or ont plutôt cafouillé après la pause malgré le but régulier refusé par l’arbitre assistant à Chaâbani. Et ce qui devait arriver arriva en fin de match.


La défense, lente et sans vraie couverture, encaissait deux buts coup sur coup passant de l’euphorie à la dysphorie en quelques minutes. Et n’eut été ce but de la tête marqué de nouveau par Chaâbani, l’Espérance aurait subi une défaite. A l’évidence, la jeune vague de l’EST composée des Derbali, Bouazzi, Youssefi, malgré sa valeur technique, a encore besoin de temps pour gagner en maturité. Une qualité qui leur a beaucoup manqué dimanche. Appelé à expliquer les deux visages de son équipe, Maher Kanzari, le second de Cabral a affirmé après la rencontre que «L’EST a bien dominé la première mi-temps, s’est créée beaucoup d’occasions de buts, a cherché à faire le break pour tuer le match vainement. A partir de la (65’) il y a eu des erreurs impardonnables de placement qui ont précipité les deux buts adverses. Il y a eu aussi cette réaction qui a amené l’égalisation dans le temps additionnel ais cela n’empêche qu’on regrette les deux points perdus. Un gâchis dû à la jeunesse de la première ligne. Contre l’ASM, on a manqué d’un avant de métier. Ces temps-ci, on est en train de bâtir, ce ne sera pas toujours positif mais on finira bien par tenir la route».


 


Coup bien préparé


L’ASM, lui, a failli réussir le hold-up parfait. C’est qu’il a bien préparé son coup, de l’avis même de son coach. Les gars de Yaâcoubi : ont opté délibérément en première période pour la prudence, adoptant un pressing bas dans leur propre zone, marquant de près les joueurs-clés de l’EST, Aboucherouane, Zaïem et Berrebat et évitant de se dépenser outre mesure face à des jeunes sang et or frais et enthousiastes. Ils ont pris un but, un seul au cours de la domination adverse. C’était suffisant pour passer à l’action lors de la seconde moitié de la deuxième mi-temps quand ils ont compris que leurs vis-à-vis étaient tombés dans le piège de la suffisance. Et le résultat ne se fit pas attendre : deux buts inscrits par Babay et Bakari lors des dernières minutes. De quoi assommer les Sang et Or mais finirent par encaisser un second but dans les arrêts de jeu, obtenant une parité qui paraissait bonne à prendre à la pause mais frustrante au coup de sifflet final. Pour Kaïes Yaâcoubi, le coach marsois, l’exploit était tout proche : «L’ASM a bien choisi de subir le jeu avant la mi-temps car physiquement il ne pouvait tenir le coup face aux jeunes de l’EST. Le but encaissé nous a libérés. Cela fait longtemps que l’ASM n’a pas réalisé un joli coup à El Menzah. Il fallait oser face à un adversaire qui a cru assez tôt à la victoire et puis on n’avait plus rien à perdre. Les changements ont porté leurs fruits et l’efficacité était au rendez-vous. Sachez aussi qu’on pense surtout à l’E.S.Zarzis notre prochain adversaire. En somme, vu la différence de calibre entre les deux équipes, je pense qu’on a gagné un point même si on était proches, très proches de la victoire.


Ce fut donc un match intéressant à suivre avec au menu une belle première mi-temps espérantiste et une réaction fulgurante de l’ASM lors des dix dernières minutes. La fin palpitante ne sera pas oubliée de sitôt. Seul bémol, la prestation ratée de l’arbitre Yusr Saâdallah qui a réussi à mécontenter tout le monde.

Jamel BELHASSEN


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com