Dans une rare démonstration de franchise : Le mea culpa de Nouri al-Maliki…





Le gouvernement irakien a pris du retard dans la préparation de ses forces pour assurer la sécurité du pays, a admis hier le Premier ministre Nouri al-Maliki alors que les Etats-Unis souhaitent réduire leur présence en Irak. Sur le terrain, au moins 27 policiers tués dans un attentat suicide à Baqouba en Irak


 


Le Quotidien-Agences


S'exprimant à l'occasion du transfert aux Irakiens d'une nouvelle province, celle de Kerbala, Maliki a encouragé les responsables de l'armée et de la police à équiper et entraîner rapidement leurs troupes pour prendre le contrôle de l'ensemble des 18 provinces du pays.


Cette rare démonstration de franchise survient alors que Maliki est pressé par les Etats-Unis de mettre en place des forces de sécurité capables d'assurer la stabilité dans le pays pour permettre une réduction du contingent américain, actuellement de 160.000 soldats, souhaité à Washington.


L'objectif évoqué en public est de pouvoir ramener à l'été 2008 le niveau des troupes américaines à celui qui prévalait avant le déploiement à partir de février de 28.500 militaires en renfort.


"Permettez-moi de dire que nous avons pris du retard, beaucoup de retard, dans la reconstitution de nos forces pour des raisons que je ne veux pas mentionner ici", a-t-il.


Selon les estimations irakiennes et américaines, l'armée et les différents services de sécurité sous le contrôle de Bagdad comptent quelque 350.000 hommes. Leur niveau d'entraînement et d'équipement est inégal.


"Nous devons dépasser ces obstacles et agir rapidement pour réhabiliter nos forces, en les armant et les équipant", a ajouté Maliki.


"Nous demandons aux commandements de l'armée et de la police de déployer tous leurs efforts pour reconstituer les forces de sécurité de façon à pouvoir prendre le contrôle du reste des provinces", a-t-il encore dit. "Elles attendent d'être placées sous le commandement des fils de l'Irak".


Maliki a également annoncé que la province de Bassorah (sud) serait remise en décembre par les forces britanniques à l'autorité de son gouvernement.


 


Attaque


Confirmant ce retard, Au moins 27 policiers irakiens ont été tués dans une attaque menée par un kamikaze hier dans le quartier général de la police de Baqouba, au nord de Bagdad, ont indiqué des sources des services de sécurité et hospitalières.


La déflagration a également fait 21 blessés, dont une femme et un enfant, a précisé le général Khoudair al-Tamimi, porte-parole de la police de Baqouba, ville située à 60 km de Bagdad.


L'assaillant est entré dans le quartier général de la police sur une bicyclette au moment du rassemblement quotidien des unités de police avant leur départ en mission, a précisé le général Tamimi. Il s'est fait ensuite exploser tuant 27 policiers, a-t-il souligné.


Le bilan a été confirmé par un médecin de l'hôpital de Baqouba, le dr Abdel Salam Harfache.


Un précédent bilan de mêmes sources faisait état de 25 morts.


Baqouba est la capitale de la province de Diyala, où le commandement américain déploie des efforts pour mobiliser tribus locales et communautés sunnites afin de lutter contre les groupes extrémistes, notamment les cellules affiliées à Al-Qaïda.


Dimanche, 11 chefs tribaux sunnites de cette région, ont été enlevés à Bagdad après une rencontre avec des conseillers du Premier ministre Nouri al-Maliki. Ils ont été capturés dans le quartier Al-Chaab, connu pour être sous l'influence de l'armée du Mahdi, la milice du chef radical chiite Moqtada Sadr.


Selon les services de sécurité, ces chefs tribaux étaient membres d'un "Conseil de soutien" de la province de Diyala, un mouvement visant à déloger Al-Qaïda de cette région.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com