Attentat-suicide près du QG de Musharraf : Le Pakistan en ébullition





Au moins cinq personnes ont été tuées au Pakistan dans un attentat suicide près du quartier général de l'armée du président Pervez Musharraf dans la ville de garnison de Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad.


 


Le Quotidien-Agences


"C'était un attentat suicide. La zone est sensible (mais) nous ne savons pas quelle était exactement la cible. Cinq personnes sont mortes", a déclaré le ministre des Chemins de fer, Sheikh Rashid, très proche du général-président Musharraf.


L'attentat présumé est survenu à un km du bureau du quartier général de l'armée du général Musharraf dans cette ville de Rawalpindi, ont rapporté des témoins. Cette localité à une dizaine de km d'Islamabad abrite le siège des forces armées pakistanaises et de nombreuses casernes.


D'après des responsables des services de sécurité, l'explosion est survenue sur une route empruntée par des officiers.


Musharraf était alors en réunion avec des responsables du gouvernement et des provinces du Pakistan pour discuter de la situation de la sécurité dans ce pays, en proie à une vague d'attentats sans précédent depuis juillet, selon des télévisions.


Un homme à pied, le kamikaze présumé, a été arrêté à un poste de contrôle de la police puis "a fait sauter les explosifs qu'il portait sur lui", a raconté un policier, Mohammad Tahir. Parmi les cinq tués, il y a deux policiers et un cycliste, a-t-il dit.


La zone a été entièrement bouclée et aucun journaliste ne pouvait s'en approcher.


Quelque 400 personnes ont été tuées au Pakistan depuis juillet dans une vingtaine d'attentats attribués à des islamistes, depuis que les forces de sécurité ont donné un assaut sanglant à la Mosquée Rouge d'Islamabad, un repaire de fondamentalistes.


Dans cette même ville de Rawalpindi, 25 personnes avaient été tuées par deux kamikazes qui avaient fait exploser leurs charges le 4 septembre.


L'attentat suicide le plus meurtrier de l'histoire du Pakistan a frappé la ville de Karachi (sud) le 18 octobre, tuant au moins 139 personnes, le jour du retour dans son pays de l'ex-Premier ministre Benazir Bhutto.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com