Concert : Safari dans la symphonie allemande et des notes arabes





Dans le cadre de ses rencontres musicales, la Maison de la Culture Ibn Rachiq a accueilli mercredi, un concert animé par l’Orchestre Symphonique des jeunes de la ville de Munster d’Allemagne. Le concert a drainé un public d’amateurs de musique symphonique.


 


L’Orchestre Symphonique des jeunes de la ville de Munster n’est plus à présenter en Allemagne et en Europe. Son concert de mercredi, d’ailleurs le premier, à la Maison de la Culture Ibn Rachiq a été un véritable régal dans le répertoire des géants de la musique symphonique allemande. Dirigé par le célèbre maestro Tor-Song Tang Ulrich Rademacher, cette troupe a donné, en effet, l’occasion à ces mélomanes de découvrir une des facettes les plus fascinantes de la musique symphonique allemande. Composée d’une cinquantaine d’instrumentistes tous de jeunes musiciens chevronnés, la troupe allemande a visité, pendant ce concert de près de deux heures, un répertoire symphonique riche et varié. Le coup d’envoi de ce concert a été donné vers 19 heures. L’Orchestre a fait goûter aux férus de la musique symphonique les délices des compositions des grands noms de la musique classique allemande, à l’instar du Britannique Edward Elgar, de Samuel Barber, Johannes Brahms, entre autres.


Au total, une dizaine de compositions et des suites des grands compositeurs de la musique symphonique allemande a été reprise par l’Orchestre des Jeunes de la Ville de Munster. La troupe a ouvert la soirée par une suite dénommée «Pomp et Circumstance March» d’Edward Elgar, ce musicien symphoniste qui a vécu entre 1857 et 1934 à Londres où il était directeur de la musique du roi. Le répertoire visité par l’Orchestre allemand, comporte aussi des compositions comme «String Symphony» du grand compositeur allemand Félix Mendelssohn, mais aussi d’autres suites comme «Divertimento For strings in F major Andante Presto» de Mozart, «Hungarian Dance», en deux versions de Johannes Brahms. Tous ces grands noms des musiciens allemands ont marqué la musique symphonique allemande d’une pierre blanche depuis la fin du dix neuvième siècle et tout au long du vingtième siècle. Mais ce concert a été surtout rehaussé par des notes symphoniques orientales.


En effet, l’Orchestre  des Jeunes de la Ville de Munster a interprété une suite arabe de Mohamed Makni qui a donné à ce concert une couleur orientale et arabe. Bref le concert de l’Orchestre Symphonique des jeunes de la ville de Munster inaugurera en beauté le programme mensuel dans cet espace. Elle a drainé un public de jeunes et de moins jeunes notamment les étudiants de l’Institut Supérieur de Musique de Tunis ainsi que de nombreux enseignants de la musique symphonique.


 


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com