1987 – 2007 : Naissance de la classe moyenne





Les conditions de vie de l’individu tunisien étaient particulièrement ardues en 1987, même si notre pays ne présentait pas les extrêmes observées, par exemple, dans beaucoup de pays africains. En clair, la classe moyenne, ciment des sociétés modernes, était comme une peau de chagrin.


D’ailleurs, on ne pouvait pas parler de classe moyenne alors que le revenu annuel moyen par habitant ne dépassait pas les 960 dinars et que la pauvreté extrême touchait près de 8% de la population. Seuls 35% de la population avait accès à l’électricité et moins de 29% à l’eau potable alors que 7,5% vivait dans des logements rudimentaires...


Aujourd’hui, après 20 ans, tous les observateurs du monde s’accordent à dire que la Tunisie est l’un des pays rarissimes où existe une très large classe moyenne, bien éduquée, assez aisée, étendue à toutes les régions. Il faut dire que le travail incessant de ces deux décennies nous a conduit à un revenu moyen annuel par habitant caracolant sur près de 4300 dinars, à près de 100% d’accès à l’électricité et de 93% d’adduction à l’eau potable... et, aussi, le chiffre extraordinaire de plus de 2,5 millions de logements pour une  population ne dépassant pas de beaucoup les 10 millions d’âmes...


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com