Le Kef – Meurtre du transporteur : Les trois tueurs risquent la peine capitale





Les procès des trois assassins du transporteur ayant eu lieu entre les deux villes de Sakiet et du Kef au mois de janvier 2007 s’est ouvert en début de semaine. Le ministère public relevant du tribunal du Kef a requis la peine capitale à l’encontre des trois tueurs.


 


Tunis — Le Quotidien


«Odieux, sauvage et barbare», ce sont là les qualificatifs utilisés par le représentant du ministère public pour décrire l’horrible sort réservé à la victime. Nous sommes au mois de janvier 2007. Deux hommes ont pris contact avec la victime qui travaille comme transporteur sur sa camionnette pour aller chercher des pièces mécaniques dans la ville de Sakiet située à cinquante kilomètres du Kef.


Après s’être mis d’accord sur le prix de cette course, le trio prit la route. La camionnette s’arrêta toutefois à mi-chemin pour ramasser un troisième homme qui serait le propriétaire de la marchandise en question.


Le voyage se déroule dans de bonnes conditions jusqu’à ce que l’un des trois passagers tira un couteau et asséna un coup au transporteur. Malgré la gravité de ses blessures le conducteur réussit à faire arrêter la camionnette. Le malheureux ne savait pas qu’il allait subir une véritable séance de torture.


Contraint de descendre du véhicule, le transporteur fut dans un premier temps attaché à un arbre.


Après quoi, il fut l’objet d’abominables sévices allant des coups de couteau jusqu’à des brûlures à l’aide de mégots de cigarettes dans différents endroits du corps.


Et pour achever leur œuvre, les trois bourreaux décident de tuer la victime en l’étranglant à l’aide d’une corde.


Après avoir constaté sa mort, les trois tueurs abandonnèrent le corps du transporteur sur les lieux avant de s’emparer de son portefeuille, de son téléphone portable et de la camionnette. Deux jours passèrent avant que l’épouse de la victime ne décide d’alerter les agents de l’ordre de la disparition de son mari.


Une enquête fut ouverte. Les recherches menées par les agents de la police judiciaire relevant du commissariat de la garde nationale du Kef, conduisirent les enquêteurs vers un premier suspect.


Il s’agit de l’homme qui a pris contact avec le transporteur. Ce dernier a été identifié par les collègues de la victime.


Interrogé, ce suspect âgé d’une trentaine d’années tenta de nier toute relation avec cette affaire. Seulement, en lui demandant où il était au moment des faits, il n’a pas réussi à convaincre les enquêteurs. Comprenant que l’étau se resserrait de plus en plus, il décida de passer aux aveux accusant ses deux complices d’avoir tout manigancé.


Les deux autres accusés tombèrent un à un entre les mains de la police. Après avoir reconnu les faits qui leur sont reprochés, les trois assassins ont procédé à la reconstitution de leur crime.


Ils furent, ensuite, inculpés de meurtre suivi de vol. Un crime passible de la peine de mort.


C’est du reste la condamnation revendiquée par le représentant du ministère public à l’encontre des trois assassins.


La cour et après avoir entendu la plaidoirie de la défense a décidé de soumettre les trois accusés à des examens psychiatriques pour établir un rapport sur leur capacité mentale.


L’affaire a été reportée ainsi au 28 novembre courant.


 

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com