«Eddounia fourja» : Le théâtre comme une vie de marionnette





«Eddounia fourja», traduisez le, «Le monde est un spectacle», une nouvelle création théâtrale, concoctée par Ikram Azouz sera en tournée, les tout prochains jours, dans les différents espaces de Tunis et des régions du pays.


 


Inspirée du texte de Mohamed Jeriji et mise en scène par Ikram Azouz, «Addounia fourja» donnera l’occasion, dans les prochains jours, aux amateurs du «Quatrième Art» de découvrir quelques-unes des stars parmi les comédiens de la place à l’instar de Taoufik Bahri, Sonia Ben Belgacem qui vont conjuguer leur talent et leur savoir-faire pour régaler le public dans une pièce de théâtre qui focalise et interprète le vécu par les marionnettes. Produite par la société «Ennoujoum», cette pièce qui a bénéficié du soutien du Ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine braque pleins feux sur des événements et des sujets qui intéressent les enfants, les jeunes et moins jeunes. Le scénario de la pièce tourne autour de deux personnages, en l’occurrence «Hamida» et «Kaddour». En effet, et afin d’enrichir son expérience et ajouter une nouvelle corde à son expérience théâtrale et commerciale, «Kaddour» a décidé de se sauver à l’étranger, laissant derrière lui sa bien-aimée «Ahlem». Ainsi, des événements se succèdent. Ayant duré à l’étranger, «Kaddour» s’est trouvé face à un dilemme, à savoir le désespoir de ne pouvoir réaliser ses rêves de trouver l’argent nécessaire pour la construction d’un complexe culturel. Entre temps, il trouve aussi que les mentalités ont changé et que les filles ne sont plus ce qu’elles étaient. Sa bien-aimée a tout bonnement changé d’avis et décide se lancer à la quête d’un autre prince charmant. Du coup, c’est tout son rêve qui s’envole.


Mais, à vrai dire, «Eddounia fourja» est plein de soubresauts et de rebondissements. C’est une pièce qui met en exergue le conflit ou la contradiction entre plusieurs paramètres diamétralement opposés les uns des autres. Il s’agit de l’opposition ou du duel entre le culturel et le commercial, entre le matériel et l’idéal, entre l’amour du savoir et sa propagation, entre l’amour de l’argent et l’engouement pour son acquisition à tout prix. En effet pour bien étaler toutes ces questions et expliciter la contradiction entre tous ces paramètres et l’intégrer dans son cadre théâtral, un décor splendide a été concocté, qui met l’accent sur les marionnettes et leurs mouvements. Ainsi, Taoufik Bahri et Sonia Ben Belgacem ont procédé durant cette pièce à un jeu de dialogue entre les marionnettes. Il s’agit pour eux de rendre un vibrant hommage aux acteurs du théâtre de la marionnette et de tester leur talent dans ce genre théâtral très prisé par les enfants d’une façon générale.


 


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com