«Couleurs jazz» : Ca va jazzer





La colline de Sidi Bou s’illuminera avec des cierges et des lumières à partir de ce soir et jusqu’au week-end prochain. Les 6èmes Couleurs Jazz afficheront avec bonheur leur intensité et s’accentueront du côté d’Ennejma Ezzahra…


 


Il s’agit d’un mini-festival de même pas une semaine dédié aux jeunes et aux amoureux du jazz. Couleurs Jazz VI s’inscrivent avec bonheur dans le cadre d’un projet de partenariat entre le Centre des Musiques Arabes et Méditerranéennes que dirige Mourad Sakli, les Lundis d’Hortense et l’Académie internationale d’Eté à Bruxelles.


Un projet étoffé au fil des sessions grâce notamment au fondateur de Sidi Blues de Sidi Bou Saïd, Zénon Kowal, à la tête de la Délégation Wallonie-Bruxelles (communauté de la Délégation française de la région Wallonne de Belgique).


Pour cette année encore, on ne déroge pas au coutumier des cinq précédentes sessions. On a gardé la même ligne et on a accentué un peu les couleurs. C’est-à-dire du jazz et seulement du jazz en le familiarisant davantage aux rangs de nos élèves et étudiants qui affectionnent cette expression musicale.


Au programme des Couleurs Jazz VI, Mourad Sakli compte beaucoup sur le professionnalisme des Belges, qui vont mettre la manifestation dans son cadre. Il s’agit de trois groupes qui apprivoisent la batterie, la guitare, le saxo, le piano. Il y aura donc dans nos murs Pierre Vandermael, un Django d’Or 2007 à la guitare et la composition, qui sera accompagnée de Lara Rosseel à la contrebasse et de David Broceders à la batterie.


Ce trio fera l’ouverture avec El-Funduq-héritage, un projet de Pierre Vaïana (saxophone, voix, recherche et création) en complicité avec Fabien Fiorini (piano), Carlo Rizzo (tambourins) et les deux Algériens Hafidh Abdelaziz (batterie) et Najib Gamoura (à la guitare basse).


Le lendemain, il y aura l’autre groupe belge. Dress Code Quintet bariolera la soirée autrement. Le Tunisien Yacine Boularès (saxophone) réside à l’étranger et à la tête de ce quintet. Avec lui, Olivier Laisney à la trompette et le pianiste Benjamin Rando. Tous trois céderont la scène après l’entracte à Moncef Genoud au piano et qui sera ravi de la participation de Fawzi Chekili à la guitare, Simon Tailleu à la contrebasse et, à la batterie, Cédric-Raymond. Au final, le 10 novembre, on inaugure la soirée clôturale avec une Prestation de fin de stage des élèves de l’Ecole de jazz en 15 minutes. Succédera ensuite Quentin Liégeois Quartet. Ici, les couleurs seront intenses avec Quentin Liégeois, une bête de scène et un amour de guitare, avec Pascal Mohy qui vient de recevoir le prix du jeune talent lors de la cérémonie des Django d’Or belges et qui va jouer avec Philip Catherine, un petit dieu du jazz. Ils seront notamment avec le contrebassiste Cédric-Raymond, un nom devenu familier à Sidi Bou, et Alex Tripodi, un fou du violon jubilatoire.


Le plus pour cette année, ce sont les master-classes qui commenceront le vendredi et se termineront le samedi et se dérouleront entre 10 et 14 heures. Ces ateliers seront exclusivement pour le piano, la guitare et le saxophone. Les encadreurs se réjouiront d’avoir un maximum d’étudiants dans leur groupe. Ils seront aussi contents de voir (ou de revoir) leurs fans à Ennejma Ezzahra, Maison du baron d’Erlanger, incrustée dans un écrin de vedure sur la petite colline de Sidi Bou Saïd.


 


Z.A.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com