Jenayeh, l’homme du renouveau






L’Etoile a toujours été une grande école de civisme, elle a souvent enfanté de grands dirigeants à commencer par l’illustre Hamed Karoui, le père spirituel de la grande équipe du Sahel, sans oublier d’autres noms célèbres tels que M’hammed Driss, le bâtonnier Abdeljelil Bouraoui, maître Mestiri et on oublie certainement plusieurs noms aussi célèbres dans l’histoire de la grande Etoile.


Aujourd’hui, et à l’occasion de cette finale de la ligue africaine des champions (qui constitue en elle-même une consécration pour les Etoilés ainsi que pour tous les Tunisiens), on ne peut ne pas avoir une pensée très profonde pour un homme dont le nom a été pour longtemps lié à l’Etoile. Il s’agit bien sûr de l’ancien président Othman Jenayeh, que tous les connaisseurs considèrent comme l’instigateur du renouveau étoilé, lui qui a passé un peu plus de la moitié de sa vie au service de l’Etoile qu’il rallia en 1962 pour signer une licence minimes avant d’atteindre la catégorie reine des seniors et d’être promu capitaine, héritant de ce brassard d’autres noms célèbres, ceux de Chetali et Hbacha. Jenayeh fut le premier joueur tunisien sacré soulier d’or en 1970 (une autre consécration pour l’ESS). Lui qui a couru au secours de son  équipe alors qu’elle était au bord de l’abîme, pour la sauver d’une relégation qui lui était promise, avant d’être investi du rôle de premier responsable et, en tant que président, Jenayeh a su, grâce à sa compétence et son savoir-faire, doter l’Etoile  d’une assise solide sur le plan administratif et financier, puis sur le plan de l’infrastructure où il œuvre des années durant pour doter l’Etoile d’une infrastructure digne des plus grands clubs du monde. Chapitre titres, Jenayeh a conduit l’Etoile sur les plus hautes marches des podiums à maintes reprises (Coupe de Tunisie, championnat de Tunisie, deux coupes de la CAF, 2 coupes des coupes africaines, une super coupe d’Afrique), c’est dire à quel point il a métamorphosé son «Etoile». Déjà, celle qui évoluera tout à l’heure est la sienne, car c’est lui qui a fait venir Balbouli, Meriah, Ogunbiyi, Narry, Felhi etc... D’ailleurs le geste de M. Moëz Driss est venu à point nommé, lui qui a tenu à inviter les anciens présidents, dont Jenayeh, en guise de reconnaissance pour le travail énorme qu’ils ont accompli. Et là on ne peut que le saluer à sa juste valeur, en rappelant que de tels gestes de reconnaissance ne sont pas étrangers à la famille étoilée, même si en pareille occasion, nous avons une pensée bien plus profonde pour Othman Jenayeh ...


l’homme du renouveau étoilé.


 


Mohamed Ali FERCHICHI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com