19ème Conférence euroméditerranéenne des ministres des Affaires étrangères






Conférence internationale à Tunis du 15 au 17 novembe sur les sources du terrorisme.


 


Tunis - TAP


M. Abdelwaheb Abdallah, ministre des Affaires étrangères, a conduit la délégation tunisienne aux travaux de la 19e Conférence euroméditerranéenne des ministres des Affaires étrangères tenue, récemment, à Lisbonne sous la présidence portugaise de l'UE.


La conférence a permis de poursuivre la réflexion sur les voies et moyens à même de renforcer le processus de Barcelone.


Elle a, en outre, permis un échange de vues sur les principales questions d’intérêt commun dans la région et à l’échelle internationale telles que la relance du processus de paix au Moyen-Orient, la situation au Liban et en Irak, ainsi que le projet de création de l’Union méditerranéenne.


Le ministre des Affaires étrangères a affirmé que la Tunisie, en tant que l’un des membres fondateurs du processus de Barcelone, œuvre à poursuivre le développement d’un partenariat équilibré et solidaire entre les deux rives de la Méditerranée, tout en tenant compte des priorités de chacun, du respect des spécificités des uns et des autres et de la différence des niveaux de développement entre les partenaires.


M. Abdelwaheb Abdallah a réitéré la volonté de la Tunisie de promouvoir un dialogue entre les cultures et les civilisations et de consolider les valeurs de tolérance et de respect de l’autre de manière à barrer la route à l’extrémisme.


Il a rappelé que notre pays, qui a été parmi les premiers à mettre en garde contre les dangers du terrorisme, s’apprête à abriter du 15 au 17 novembre 2007 une conférence internationale sur les sources du terrorisme.


Il a, d’autre part, indiqué qu’eu égard au défi que représentent les changements climatiques, notre pays se prépare à accueillir, ce mois-ci, une conférence ministérielle sur les changements climatiques en Afrique et en Méditerranée.


Au terme de leurs travaux, les participants ont adopté des conclusions conjointes et un programme de travail au titre de l’année 2008 axés sur le renforcement du dialogue international, l’approfondissement des questions sociales et celle de l’emploi, la promotion du tourisme et les questions touchant le secteur de la santé dans l’espace euroméditerranéen.


Une séance de travail entre la troïka de l’UE et les ministres des Affaires étrangères du Groupe arabe a, également, eu lieu. Elle a permis un échange de vues approfondi quant à la relance du processus de paix dans la perspective de la Conférence internationale pour la paix au Moyen-Orient, sur initiative américaine.


En marge des travaux de la conférence, M. Abdelwaheb Abdallah a eu une série d’entretiens avec ses homologues arabes et européens, en particulier avec M. Louis Amado, ministre portugais des Affaires étrangères, en sa qualité de président en exercice du Conseil de l’UE, ainsi qu’avec Mme Benita Ferrero-Waldner, commissaire européen pour les relations extérieures.


Par ailleurs, et à l’initiative de la présidence portugaise de l’UE, une réunion groupant la troïka de l’UE et les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union du Maghreb Arabe a eu lieu en présence du secrétaire général de l’UMA.


Lors de cette réunion, qui s’est déroulée en présence de la commissaire européenne pour les relations extérieures et du Haut représentant pour la politique extérieure et de sécurité commune, M. Javier Solana, les moyens susceptibles de relancer le dialogue UMA/UE ont été examinés. A cet effet, M. Abdelwaheb Abdallah a salué la reprise du dialogue initié en 1991 qui conforte les relations de partenariat à l’échelle bilatérale. Il a saisi l’occasion pour mettre l’accent sur l’engagement du Président Zine El Abidine Ben Ali en faveur de la construction de l’UMA, qui constitue un choix stratégique et irréversible pour la Tunisie, ainsi que pour le renforcement du partenariat euroméditerranéen.


Le ministre des Affaires étrangères a, en outre, souligné la nécessité de structurer ce dialogue et de renforcer la coopération entre les deux ensembles, compte tenu des défis communs et en particulier l’impératif de l’intégration régionale.


Il a, enfin , émis le souhait de voir les deux parties œuvrer ensemble en vue d’identifier les domaines de coopération qui répondent le mieux à leurs priorités respectives.

Il a été, d’autre part, convenu de poursuivre ce dialogue dans le cadre de groupes de travail qui se pencheront sur les mécanismes à mettre en œuvre pour impulser la coopération euromaghrébine.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com