Nucléaire iranien : Israël intensifie la guerre médiatique






Le vice-Premier ministre israélien, Shaoul Mofaz, a affirmé hier que "toutes les options étaient sur la table" pour stopper le programme nucléaire iranien, évoquant l'éventualité d'un recours à la force.


 


Le Quotidien-Agences


«La stratégie à l'heure actuelle est celle d'une stratégie de sanctions, d'un front uni de plusieurs nations dans ce contexte et de l'affirmation sans équivoque que toutes les options sont sur la table", a déclaré Mofaz à la radio publique israélienne.


Le vice-Premier ministre a mené cette semaine des discussions à Washington avec des responsables américains dans le cadre du dialogue stratégique des deux pays sur le dossier nucléaire iranien.


Israël et les Etats-Unis accusent l'Iran de vouloir acquérir l'arme nucléaire sous le couvert du développement de son programme nucléaire civil, ce que Téhéran dément.


"J'estime, comme d'autres, que l'option d'un recours à la force est un ultime recours", a souligné, Mofaz, ancien chef d'état-major et ministre de la Défense, et actuel ministre des Transports du gouvernement d'Ehud Olmert.


"Il est clair que l'opportunité d'une solution négociée ira en se réduisant si, par la diplomatie, on ne devait pas réussir à stopper l'avancée du programme nucléaire iranien", a-t-il insisté.


"Lors de mes discussions avec les Américains j'ai eu le sentiment qu'ils réalisaient parfaitement la gravité de la menace et qu'ils étaient déterminés à stopper le programme nucléaire iranien", a-t-il affirmé.


"Une arme nucléaire iranienne serait une menace pour la paix du monde et l'existence d'Israël et le monde ne doit pas l'accepter", a-t-il poursuivi.


Israël et les Etats-Unis sont convenus de mettre sur pied deux commissions de travail dans le cadre de leur dialogue stratégique sur le dossier nucléaire de l'Iran, avait-il indiqué à son retour vendredi des Etats-Unis .


L'une des commissions de travail sera chargée du renseignement sur le programme nucléaire iranien, l'autre des sanctions de la communauté internationale contre l'Iran en vue de stopper ses activités d'enrichissement d'uranium, étape nécessaire pour l'acquisition de l'arme nucléaire.


Les prochaines discussions entre les deux pays sur ce dossier se tiendront en janvier 2008. Il s'agira du quatrième round de discussions depuis janvier 2007, a-t-il souligné


 


_____________________________________


 


* Pression américaine sur des entreprises allemandes


                                           


Les Etats-Unis ont fait pression sur des entreprises allemandes pour qu'elles se retirent du marché iranien, a rapporté hier le quotidien Frankfurter Rundschau.


"Il y a des mois, des représentants de l'ambassade des Etats-Unis auraient  tenté à Francfort (ouest) de convaincre des fabricants de machines de sortir du marché iranien", indique le journal citant la fédération de la branche VDMA.


"La fédération a résisté" aux pressions, ajoute le quotidien. Le journal cite également le président de l'association parlementaire germano-iranienne, Rolf Mùtzenich, affirmant que deux Américains chargés de visiter les entreprises auraient invoqué "de possibles conséquences sur le commerce avec les Etats-Unis". Le dossier du nucléaire iranien devait être abordé au cours de la visite actuelle de la chancelière allemande Angela Merkel dans le ranch texan du président américain George W. Bush.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com