C.S.H.L.-C.S.S. (2-3): Sfax qui rit, Hammam-Lif qui pleure !






Les matches entre Clubistes sfaxiens et Hammam-lifois ont toujours été de bonne facture. Celui d’avant-hier n'a pas dérogé à l’habitude.Pourtant les absences de titulaires ne manquaient pas de part et d’autre.  Il faut avouer que le désir de confirmer l’exploit du Soudan chez les Sudistes et la volonté de sortir du gouffre chez les Banlieusards ont motivé tous les acteurs  sans les stresser. Il fut donc un match plaisant, captivant et prolifique en buts. Un match parfait donc ? Oh que non. Certains joueurs, notamment chez les locaux, n'ont pas su et pu s’exprimer aussi bien que leurs co-équipiers. N'est-ce pas Ben Miled !


Aguir, l’arbitre de la rencontre, aussi n'a pas été exempt de tout reproche.


Son erreur de jugement sur le penalty qu’il a accordé aux visiteurs ne doit pas occulter beaucoup d’autres moins importantes certes, mais toutes aussi influentes sur le cours du jeu, négativement.


Les Hammam-lifois ont le devoir d’accepter les erreurs de l’homme en noir. Ce sont les règles du jeu. Mais ils sont aussi en droit de voir cet arbitre sanctionné.Toujours suivant les règles du jeu.


 


M.J.


 


______________________________


 


* Un homme dans le match : Messaoudi, le petit lutin


 


Il a tout de suite plu au public hammam-lifois qui l’a même applaudi après a des ratages (un plutôt) monstres face à l’ASM. Dimanche, Oualid Messaoudi  fini par convaincre les plus sceptiques. De part sa personnalité . Messaoudi a pleinement réussi dans sa tâche d’orienter le jeu hammam-lifois, comblant ainsi une partie du vide laissé par Ben Chouikha. Ensuite, il n’a pas eu peur d’aller provoquer ses adversaires et de chercher le contact. Enfin, et malgré sa petite taille, le transfuge de Bou Salem a été généreux dans l’effort et n’a point démérité sur le plan défensif puisqu’il a réussi à récupérer un nombre impressionnant de ballons.


 


M.J.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com