Protection du littoral tunisien: Ghar El Melh et Gabès au cœur d’un programme euroméditerranéen






Tunis-Le Quotidien


Les régions de Gabès et de Ghar El Melh vont bénéficier d’un vaste programme de protection et de soutien pour la préservation de leurs ressources  spécifiques. Le programme s’inscrit dans le cadre du partenariat euromed.


 L’Agence de Protection et de l’Aménagement du Littoral prépare pour l’avenir un programme ambitieux. Financé par l’Union européenne, l’un de ces projets s’intitule «WADI». Il est essentiellement destiné à instaurer des pratiques  durables pour la gestion des ressources hydrauliques  dans les régions du Sahel et du Centre. Ce projet grandiose s’étend sur une période de trois ans (2007-2009) compte tenu de son importance et de ses répercussions sur la nature et l’environnement.


Sept pays méditerranéens  sont directement concernés par des actions semblables, à savoir la Tunisie, Le Maroc, l’Egypte, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et Malte.


L’objectif de l’opération est de garantir la préservation des ressources hydrauliques, notamment par l’exploitation rationnelle des nappes phréatiques, l’identification et l’évaluation des ressources disponibles, l’élaboration d’une banque de données scientifiques pour l’amélioration des stratégies de gestion mises en place et surtout la création d’un réseau euro-méditerranéen impliquant des experts dans ce domaine.


Les lieux sont déjà identifiés en Tunisie et dans les autres pays concernés où des actions semblables sont programmées dans ce même cadre. La démarche sera menée dans le cadre d’une approche écologique tenant compte des spécificités des zones choisies dans chaque pays. En Tunisie, le choix est déjà fixé sur la région de Ghar El Melh.


 


Surexploitation


Le programme de l’APAL prévoit également une grande action au profit de la région de Gabès. Le projet s’inscrit dans le cadre de la protection de la diversité biologique.


La région est en effet particulièrement touchée par une urbanisation galopante et une surexploitation des ressources maritimes.


La première étape de l’action se limite au départ à l’élaboration d’une étude détaillée sur les spécificités environnementales et socio-économiques de la région afin de pouvoir mettre en place un plan d’action approprié par la suite.


L’Agence en question en l’occurrence l’APAL fournit un effort considérable dans la protection du littoral tunisien d’une manière générale puisque le climat, en raison de l’intervention démesurée de l’homme, devient de plus en plus imprévisible. Dame Nature risque à chaque fois de nous réserver des surprises pour lesquelles l’humanité n’a pas mis encore en place les dispositifs nécessaires pour les contrer.


 

Lotfi TOUATI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com