Kasserine: Tué de 27 coups de tournevis






Le procès des deux tueurs d’un commerçant arrêtés au mois de novembre 2006 s’est ouvert lundi dernier au tribunal de première instance du Kef.


 


Tunis - Le Quotidien


Le représentant du ministère public a requis pour la seconde fois pendant les trente derniers jours, la peine de mort à l’encontre des deux suspects. Trois personnes impliquées dans une affaire similaire ayant coûté la vie à un transporteur risquent également la peine capitale qui devrait être prononcée par le tribunal.


Les faits de cette affaire ont éclaté, par ailleurs, suite à la découverte du corps de la victime gisant dans une mare de sang. C’est son fils qui, inquiété par la disparition de son père resté sans nouvelle pendant plus de trois jours, est allé à sa recherche.


Nous sommes au mois de novembre 2006. La victime, un commerçant originaire de la ville de Kairouan, avait pris l’habitude de se rendre à la ville de Kasserine.


Une fois par semaine pour écouler sa marchandise au marché hebdomadaire de la région.


Etant un habitué de ce rendez-vous commercial, notre marchand avait loué un entrepôt non loin du souk où il stockait sa marchandise et où par la même occasion il logeait.


Le hasard a fait, en sorte,  que cette nuit du 12 novembre 2006, les deux tueurs passèrent devant l’entrepôt et remarquèrent la lumière.


Comme ils venaient de quitter un cercle de jeu où il ont perdu tout leur argent, ils ont décidé d’attaquer le commerçant.


A l’aide d’un tournevis, ils réussirent, leurs dans un premier temps, à défoncer la porte. Une fois à l’intérieur ils se dirigèrent vers la pièce où dormait la victime et à l’aide du même outil tranchant, les deux agresseurs ont asséné au total pas moins de vingt-sept coups dans différents endroits du corps du commerçant.


Après quoi, ils lui ont dérobé son téléphone portable et surtout une importante somme d’argent.


Entre-temps, et ne donnant aucun signe de vie, le marchand était recherché par tous les membres de sa famille. Finalement, l’un de ses fils décida, de se rendre à Kasserine et plus précisément à l’entrepôt de son père.


Il fit, alors, la macabre découverte. Les agents de la Garde Nationale alertés, entamèrent leur enquête. Rapidement, les soupçons furent limités autour des deux suspects qui furent arrêtés.


Interrogés, les deux hommes âgés de dix-sept et de trente et un ans nièrent les faits tout au long de l’instruction.


Seulement, les résultats de l’autopsie ont révélé des détails fort intéressants.


La victime pour se défendre, avait mordu les deux tueurs. D’autres examens de l’ADN ont démontré que les traces de sang prélevées sur la bouche du commerçant étaient celles des deux suspects.


C’était, ainsi, suffisant pour inculper les deux assassins de meurtre suivi d’un vol.


Un chef d’inculpation passible de la peine de mort, une sentence requise par le représentant du ministère public.


En attendant d’autres rapports demandés par les avocats de la défense, la cour a décidé de reporter l’examen de cette affaire à la fin du mois.


 

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com