«Garçon» : L’autre facette de la vie d’un serveur de restaurant






«Garçon», un long métrage du réalisateur néerlandais Alex Van Warmerdam, a été au rendez-vous  à la salle du cinéma «Le Mondial» de Tunis, en présence d’une foule de cinéphiles jeunes et moins jeunes. Le film a ébloui l’assistance par la qualité de son scénario et de ses séquences.


 


Dans les restaurants, les clients sont généralement fascinés par les plats et tout ce qui est en rapport avec les délices et les saveurs des mets. Mais en réalité, les restaurants cachent bien des surprises sur la vie interne et externe des employés qui y exercent. C’est le cas notamment du personnage central de ce film. En effet, pour lever l’équivoque sur la vie des employés des restaurants, le cinéaste néerlandais a focalisé le scénario de son film sur la vie d’un serveur de restaurant. Une vie hors du commun. Car le vécu de ce serveur est plein de soubresauts et de rebondissements, d’autant plus que sa personnalité est également très conversée. En effet, ce film qui réunit le réalisateur parmi les interprètes, aux côtés de Thekla Reuten, Ariane Schluter et Tom Erisman, a embarqué dimanche après-midi les cinéphiles dans le monde clos des conflits intra et extraprofessionnels.  Au début du film, c’est une ambiance professionnelle tantôt bon enfant, tantôt morose qui est mise en exergue dans les premières séquences. Edgar, le héros, est un morne serveur coincé entre la vie d’une femme invalide et celle de sa maîtresse dérangeante et même ahurissante. Mais le héros principal du film est un vrai homme de caractère, qui ne s’est pas laissé faire au départ. Sous le tapage et le dérangement de sa compagne, dont les voisins s’en plaignent et même s’en déplaisent, Edgar tente d’agir  au départ en vrai diplomate pour dissiper les tensions latentes tant au sein de son couple bouillonnant qu’en milieu professionnel où son rendement a baissé. Mais ce ne fut  pas du tout facile, car sa compagne était décidée à semer la zizanie au sein du couple. Cloîtré dans  son appartement, Edgar et sa compagne sont demeurés les mal-aimés de leur quartier, mais le héros de ce film a exprimé, en effet, une sympathie  manifeste  à l’encontre de son entourage et principalement à l’endroit des personnages du film. Mais dans les dernières séquences du film, on a assisté à des scènes d’un tout autre genre. En effet, à travers un sadique jeu du chat et de la souris entre un marionnettiste et ses pantins de papier, on observe un va-et-vient très instructif qui fait découvrir les dessous de la vie des employés dans certains restaurants hollandais. Le cinéaste hollandais a reconstitué ce scénario avec une démarche très surréaliste et comique à la fois. Une démarche au cours de laquelle, la dramaturgie et le rêve se mêlent dans toutes les séquences. C’est d’ailleurs ce qui fait la particularité d’Alex Van Warmerdam. D’ailleurs, le film a été distingué par le «Veau d’or», à savoir le prix du meilleur scénario et de la meilleure direction artistique en Hollande. Il a été également distingué pour prendre part aux films internationaux au Canada, en Turquie et en Corée. «Garçon» est programmé aussi à Sousse, Kairouan, Sfax et Jendouba pour ces Journées du Cinéma européen qui se poursuivent jusqu’au 22 de ce mois.


 

Ousmane WAGUE


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com