Bangladesh : Un puissant cyclone fait plus de 550 morts






Le Quotidien-Agences


Au moins 550 personnes ont été tuées dans le sud du Bangladesh par le passage d'un puissant cyclone qui a détruit des milliers d'habitations et contraint des centaines de milliers de personnes à fuir, dans un pays pauvre souvent meurtri par des catastrophes naturelles.


Le cyclone Sidr, qui a aussi touché l'est de l'Inde, formant une impressionnante masse blanche de 500 km de diamètre, a balayé des districts côtiers du sud du Bangladesh, près de la frontière avec l'Etat indien du Bengale occidental.


A certains endroits, les vents ont atteint 240 km/h.


Hier après midi, la tempête cyclonique accompagnée de pluies torrentielles avait cependant perdu en intensité, en passant au-dessus de la capitale Dacca, et se dirigeait vers le nord-est, selon Farah Deebaa, du centre météorologique national.


Mais Sidr a laissé derrière lui "au moins 550 morts", a indiqué Nahid Sultana, de la salle de contrôle de l'armée au ministère de la Gestion des catastrophes naturelles, s'attendant à "un bilan plus lourd".


La plupart des gens ont été tués par des chutes d'arbre sur leurs habitations de fortune construites en pisé, en bambou ou en paille. Le nombre de blessés pourrait également être très élevé, ont averti des sources officielles.


Même si le bilan humain semble moins grave que ce qui était redouté, le ministère de la Gestion des catastrophes naturelles craint d'"énormes dégâts" dans ce pays musulman laïque de 144 millions d'habitants, dont 40% vivent avec moins d'un dollars par jour, ce qui en fait l'un des plus pauvres au monde.


Le bilan humain et matériel de Sidr reste en tout cas très provisoire, tant que les équipes de secours n'ont pas rejoint toutes les zones dévastées.


En outre, depuis 08H00 (02H00 GMT), tout le pays était privé de courant électrique et le ministère de l'Energie ne prévoyait pas d'amélioration avant la soirée.


Sidr était entré au Bangladesh en traversant l'immense réserve naturelle des Sunderbans plantée dans le delta du Gange, formant une multitude d'îles et une frontière naturelle avec l'Inde.


Des centaines de milliers de familles de pêcheurs pauvres peuplent cette mangrove inscrite depuis vingt ans au patrimoine mondial de l'humanité parce qu'elle abrite des animaux rares : tigre royal du Bengale, dauphin gangétique, crocodile estuarien ou tortue marine.


Les tempêtes cycloniques sont fréquentes en octobre et en novembre dans le golfe du Bengale bordé par les côtes orientales de l'Inde, celles du sud du Bangladesh et de l'ouest de la Birmanie.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com