Un accord de paix renvoyé à 2008 : Annapolis … pourquoi ?





Le Premier ministre israélien Ehud Olmert a déclaré hier lors d'une visite en Egypte qu'il espérait parvenir à un accord "définitif" avec les Palestiniens l'an prochain.


 


Le Quotidien - Agences


"J'espère parvenir à un accord définitif avec les Palestiniens en 2008", a affirmé Olmert lors d'une conférence de presse à Charm El Cheikh, au sud du Sinaï, avec le président égyptien Hosni Moubarak.


Il a souligné que ces négociations pour trouver une solution globale du conflit israélo-palestinien commenceraient après la réunion sur le Proche-Orient prévue la semaine prochaine à Annapolis, aux Etats-Unis.


"Les négociations ne seront pas simples. Il y aura des divergences, des crises, des argumentations. Mais si l'on agit avec prudence, il y a des chances que nous parvenions à un accord", a ajouté le Premier ministre.


Selon Olmert, "la réunion d'Annapolis n'est pas supposée être une réunion de pourparlers. Les négociations commenceront après la réunion. La négociation portera sur les questions les plus fondamentales. Nous n'en éviterons aucune".


Il a estimé que la mise en œuvre d'un éventuel accord de paix avec les Palestiniens ne pouvait avoir lieu sans que l'Autorité palestinienne reprenne le contrôle de la bande de Gaza.


"Il n'y aura pas d'application du traité avant que les engagements mentionnés par la Feuille de route ne soient remplis", a-t-il affirmé.


"Les engagements doivent aussi s'appliquer à la bande de Gaza, Gaza doit faire partie de l'Etat palestinien et alors, naturellement, les Palestiniens doivent combattre le terrorisme et ceci inclut la Bande de Gaza", a poursuivi Olmert.


Le président palestinien Mahmoud Abbas avait appelé la semaine dernière son peuple à "faire chuter" le mouvement islamiste Hamas qui a pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza en juin.


Olmert a évoqué l'initiative de paix arabe de 2002, assurant qu'Israël "la considère comme très importante dans le cadre d'un effort pour parvenir à un accord de paix global".


"Je ne doute pas que durant l'année à venir, cette initiative contribuera grandement au processus entre nous et les Palestiniens", a-t-il dit.


L'initiative de paix arabe d'inspiration saoudienne a été relancée en mars 2007 lors d'un sommet à Ryad.Ce plan prévoit une normalisation des relations entre les pays arabes et Israël en échange du retrait israélien des territoires arabes occupés depuis juin 1967, la création d'un Etat palestinien avec Al Qods-est pour capitale et un règlement "équitable et agréé" de la question des réfugiés palestiniens.


Israël a vu des éléments positifs dans cette offre, mais l'a rejetée dans sa forme actuelle, principalement en raison de la mention faite au droit au retour des réfugiés palestiniens.


________________


 


Réunion ministérielle arabe


Les pays arabes se réunissent demain et après-demain au Caire pour décider de leur participation à la réunion internationale sur le Proche-Orient prévue à Annapolis, aux Etats-Unis, fin novembre, a-t-on appris hier auprès de la Ligue arabe.


Les ministres tiendront une réunion de consultations demain soir, suivie après-demain matin d'une réunion extraordinaire dirigée par le chef de la diplomatie saoudienne, Saoud al-Fayçal, a indiqué Hicham Youssef, chef du cabinet du secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa.


"La question principale à l'ordre du jour sera de décider si la participation arabe à Annapolis se fera par une décision commune ou par une décision séparée propre à chaque pays", selon Youssef.

Le président palestinien Mahmoud Abbas participera à la réunion vendredi et la délégation palestinienne présentera "un rapport détaillé sur les résultats des entretiens palestino-israéliens poursuivis dernièrement", a indiqué un repsonsable de la Ligue arabe.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com