Pas d’entraînement à Borj Cédria : Sport Academy dérange-t-elle ?





Les centres de formation, appartenant à des clubs et à des particuliers, fleurissent de jour en jour. C’est là un bon signe pour l’essor du football tunisien, sauf que, quelque part, il y a encore des gens qui voient d’un mauvais œil ces écoles de formation et qui trouvent du plaisir à empêcher les jeunes talents d’éclore.


 


C’est le cas, malheureusement, pour certains centres qui ne disposent pas de terrain d’entraînement. A titre d’exemple, la Sport Academy de Hammam-Lif, qui groupe de jeunes footballeurs résidant dans le gouvernorat de Ben Arous, trouve du mal à s’assurer une aire d’entraînement alors que plusieurs terrains sont déserts pendant de longues heures chaque jour. La Sport Academy, dirigée par un duo hammam-lifois très connu, Foued Besaïes et Naoufel Yazidi, souffre pour trouver un terrain et satisfaire le besoin de ses jeunes talents qui ne demandent qu’à être formés dans de bonnes conditions. Cette école de formation a exploité le terrain en tartan à Borj Cédria pendant quelque temps, le louant à raison de 55 dinars la séance, mais voilà que le directeur du complexe sportif de Borj Cédria décide de ne plus mettre ce terrain à la disposition des jeunes de la Sport Academy. Pourtant, ce même terrain n’est que partiellement exploité et voilà qu’on préfère le fermer que de laisser les jeunes s’adonner à leur sport favori et jouir d’une bonne formation de base. Les responsables de cette école ont fait parvenir, à plusieurs reprises, leur problème aux autorités compétentes, sans avoir gain de cause. Au moment où l’Etat fait tout pour permettre aux jeunes de pratiquer le sport dans la joie, le respect et la dignité, dans un pays qui considère le sport comme un moyen de promotion de l’éducation, de la santé, du développement et de la paix dans le monde, nous ne pouvons que nous opposer aux décisions de responsables qui ne mesurent pas la gravité de ce refus qui empêche des dizaines ou des centaines de jeunes d’être bien encadrés et de profiter de l’infrastructure sportive exceptionnelle de la Tunisie. Les autorités sportives locales doivent en être conscients et des écoles comme celle de Sport Academy, ont aussi le droit de profiter de cette infrastructure, dans le respect des lois en vigueur et en pensant aux futures générations sportives.


L’appel de Sport Academy est lancé. A ceux qui y sont impliqués d’agir dans le bon sens et ça ne peut que faire du bien à tout le monde.


 

K.Z.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com