Pakistan : Musharraf devrait quitter la tête des armées ce week-end





Le Quotidien-Agences


Le président du Pakistan, le général Pervez Musharraf, devrait démissionner ce week-end de ses fonctions de chef des armées, juste avant de prêter serment pour un nouveau mandat de chef de l'Etat, a assuré hier l'avocat du gouvernement, Malik Mohammad Qayyum.


La Cour suprême, dont la composition a été remaniée dans un sens favorable à Musharraf à la faveur de l'état d'urgence qu'il a décrété au début du mois, devrait confirmer jeudi sa réélection triomphale le 6 octobre, au suffrage indirect des assemblées nationales et provinciales sortantes, a estimé Qayyum, le procureur général, principal avocat du gouvernement dans le droit pakistanais.


L'opposition avait contesté l'éligibilité de  Musharraf, invoquant la Constitution qui lui imposait, selon elle, d'abandonner sa casquette de chef d'état-major des armées avant le scrutin, mais aussi l'élection même, estimant que le futur chef de l'Etat devait être élu non pas par les assemblées sortantes mais par celles issues de législatives prévues le 8 janvier.


Or, selon l'opposition, c'est parce que la majorité des juges de la Cour suprême lui étaient hostiles, que le chef de l'Etat a décrété l'état d'urgence, invoquant la menace islamiste. Dès le lendemain, cette loi d'exception lui a permis, de fait, d'évincer les juges récalcitrants et de recomposer la Cour à sa main.


Cette dernière a écarté lundi cinq des six recours de l'opposition contre sa réélection, n'en conservant qu'un qui n'y fait pas obstacle. La Cour doit reprendre son audience sur le sujet jeudi.


Si la Cour suprême rejette ce dernier recours, ce qui ne fait pas de doute selon les milieux judiciaires, "alors le président Musharraf devrait prêter son serment de président civil avant samedi ou dimanche", a affirmé Qayyum.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com