Réduction des troupes US en Europe : Washington se rétracte





Le Quotidien - Agences


Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a décidé de geler le plan de réduction des troupes américaines stationnées en Europe et de maintenir plus de 40.000 militaires en Allemagne et en Italie, a rapporté hier le New York Times.


Gates a accédé aux recommandations des plus hauts gradés du commandement américain en Europe lui demandant de maintenir environ 43.000 militaires et d'arrêter un mouvement de réduction des effectifs engagé depuis deux ans, précise le journal qui cite des responsables du Pentagone.


Les militaires américains en Europe au nombre de 62.000 il y a deux ans devaient être réduits à 24.000 avant la fin de 2008 conformément à un plan établi par le prédécesseur de Gates, Donald Rumsfeld.


Mais les généraux Bantz Craddock, commandant des forces américaines en Europe, et David McKiernan, commandant de l'armée de terre en Europe, ont plaidé pour le maintien d'une présence militaire importante.


David McKiernan a avancé l'argument des "incertitudes" occasionnées par la "résurgence de la Russie", selon le journal.


Citant de hauts responsables du Pentagone considérés comme "familiers" du raisonnement de Gates, le quotidien écrit que la décision a été influencée aussi bien par les considérations budgétaires que par les considérations stratégiques.


Les logements des militaires rentrant aux Etats-Unis n'étant pas encore achevés, l'armée américaine pourrait gaspiller des millions de dollars pour


leur trouver des résidences temporaires et assurer deux fois le déménagement de leurs familles.


"Le secrétaire est enclin d'accepter la requête du général Craddock de différer le redéploiement des brigades, moins pour des considérations philosophiques que d'un point de vue pratique. Il se trouve que cela satisfait aussi bien les besoins du général Craddock que ceux de l'Armée" a souligné le porte-parole du Pentagone Geoff Morrell, cité par le journal.

Maintenir le niveau des troupes en Europe pourrait "rappeler au reste du monde que bien que nous soyons pleinement occupés en Irak et en Afghanistan, nous continuons à être très engagés globalement et que notre engagement vis-à-vis de nos alliés n'a pas du tout diminué", a ajouté le porte-parole.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com