Pétrole : Les 100 dollars à un jet de pierre





Le Quotidien-Agences


Les cours du pétrole ont atteint de nouveaux sommets hier, et restaient postés à un jet de pierre des 100 dollars le baril sur le marché new yorkais, poussés par la glissade continue du dollar et les craintes générales sur l'état de l'approvisionnement.


Dans la nuit de mardi à mercredi, le baril de "light sweet crude" pour livraison en janvier, échangé sur le New York Mercantile Exchange, a grimpé jusqu'à 99,29 dollars, un nouveau record.


Parallèlement, le baril de Brent de la mer du Nord s'est également hissé à un niveau plus haut, à 96,53 dollars.


Vers midi, hier, ils valaient respectivement 97,84 dollars (en baisse de 19 cents) et 95,22 dollars (en baisse de 27 cents).


"Nous tablions sur une période de stagnation des cours avant que la tendance à la hausse ne reprenne, mais contrairement à nos attentes, cette tendance a déjà fait son retour", reconnaissent les analystes techniques de la banque Barclays Capital.


Parmi les facteurs fondamentaux expliquant les prix actuels, les analystes citent l'étroitesse de l'approvisionnement mondial, et les craintes qu'un hiver rigoureux ne fasse bondir la demande en produits de chauffage.


Pour l'Opep, les prix élevés sont à mettre sur le compte des insuffisances dans la chaîne de raffinage (ce qui se solde par des stocks abondants de pétrole brut, mais pas assez de produits transformés), et des spéculateurs alléchés par les profits.

Des facteurs techniques contribuent également au tableau. Le dollar a par exemple repris sa glissade (l'euro a touché 1,4855 dollar hier, un nouveau record), ce qui rend le baril relativement meilleur marché pour les investisseurs détenteurs d'autres devises, et dope la demande.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com