Les jeunes et la superstition : Ils y croient un peu, beaucoup… pas du tout





Croire en l’existence de forces invisibles, que la malchance poursuivra une personne qui croise un chat noir ou qu'un malheur atteindra celui qui passe sous une échelle, qu’un être est de bon ou de mauvais augure, relève aussi de la superstition. Etant donné que ces croyances ne répondent à aucun rationalisme, on les imputera aux personnes limitées d’esprit. Mais à voir le nombre de ceux qui consultent les voyants et autres astrologues et le nombre de ceux qui croient dur comme fer aux présages, il y a de quoi se poser des questions… Qu’en pensent justement les jeunes ? Sont-ils superstitieux ?


 


Tunis-Le Quotidien


De nombreux phénomènes sont certes intrigants. Aucune explication rationnelle ne peut élucider les mystères de certains faits qui ne semblent obéir à aucune logique. La vision d’images d’ordre surnaturel, les esprits, les endroits hantés, l’existence de plusieurs endroits énigmatiques dont le triangle des Bermudes, théâtre de nombreuses disparitions inexpliquées de bateaux et d’avions sans même laisser d'épaves… Dans un autre registre pas très loin du paranormal, certaines personnes auraient également la capacité d’avoir des prémonitions qui apparaissent dans l’esprit et qui viennent du passé ou du futur. D’autres, vivant dans des demeures reconnues hantées, doivent cohabiter avec des êtres invisibles et dans une atmosphère aussi bizarre que terrifiante. Tous ces phénomènes sont difficiles à assimiler. L’esprit humain, reconnaissant l’impossibilité d’obtenir des réponses et des explications logiques, renonce à chercher l’origine et les causes de ces événements. Certains choisissent de penser qu’il ne s’agit que d’une illusion. D’autres ont peur de se pencher sur la question, étant donné qu’ils craignent de découvrir des réalités effrayantes. En général, les pratiques et les croyances superstitieuses sont plus fréquentes dans les situations de crise et d'incertitude. L’on devient enclin à devenir superstitieux face à des événements qui se répètent périodiquement et qui, par la force des choses, ne peuvent pas relever toujours d’un pur hasard ! L’être humain sent un besoin urgent d’expliquer certains phénomènes bizarres et de trouver réponse à ses défaites et ses échecs. Il a besoin d’exorciser ses craintes, quitte en cela à jeter son dévolu  sur le domaine surnaturel et l’occulte.  Croire qu’on lui a jeté un mauvais sort, qu’il a été victime d’une œuvre maléfique ou encore que quelqu’un l’a regardé avec un mauvais œil,  est une manière de fuir ses problèmes. Cependant, définir ce qui relève ou non de la superstition est relatif. Les personnes dites superstitieuses sont celles qui sont censées croire en un ensemble de pratiques reposant sur l'idée qu'il existe des puissances cachées pouvant susciter un malheur ou attirer le bien d’une personne. Il peut également s’adonner à ce genre de pratiques et de croyances, juste pour trouver une issue à un problème qui ne cesse de se compliquer. C’est ainsi d’ailleurs que la divination, l’invocation des esprits, l'astrologie, les envoûtements, ou l'utilisation des amulettes, ont survécu jusqu'à présent et le mystère persiste… Chez certaines mentalités peu évoluées, presque tous les domaines sont concernés par les croyances et les pratiques magiques et occultes, notamment le traitement des maladies inexpliquées. Les porte-bonheur sont souvent utilisés pour éviter les mauvais yeux,  les mauvais esprits, et les démons.


Marouane, 19 ans, ne croit pas du tout à ce genre de chose. Le jeune homme pense que tout ce qui n’a pas une explication claire et logique est tout simplement le fruit de notre imagination ou de l’état de stress que vivent les gens. «Je ne suis pas du tout superstitieux et je crois que rien n’est capable de changer le cours des événements. Il faut avoir un minimum d’intelligence, de bagage intellectuel et de foi pour croire que ce genre de croyance n’est que du charabia ! Franchement, je trouve carrément ridicule qu’un être humain normalement conçu et doté d’une raison, puisse croire aujourd’hui que le fait de croiser un pauvre chat noir innocent va complètement changer le cours des événements de sa vie et lui porter la poisse. Je ne crois pas non plus à la sorcellerie, à la magie et à l’occultisme. Comment est-ce que des talismans peuvent nuire ou protéger une personne ? Ce ne sont que des objets.  A mon sens seuls les faits et les actes de la personne peuvent changer sa vie dans un sens ou dans un autre. Et puis surtout, je ne crois pas que quoi que ce soit peut changer notre destin», dit-il.


Mohamed, 18 ans, ne pense pas qu’une seule personne sur terre puisse connaître ce que le monde de l’Au-Delà nous cache. «Si l’astrologie était une science comme certains s’accordent à le dire, tout le monde va pouvoir changer son destin. Mais jusqu’à présent, je ne crois pas avoir entendu parler d’une seule prédiction de l’avenir qui se serait réalisée ! Donc, même ceux qui prétendent détenir cette science n’auraient pas du tout raison. Je ne crois pas du tout à ces choses. Et puis, je ne pense franchement pas qu’une personne va pouvoir changer notre destin juste parce qu’on l’a croisée et qu’elle est reconnue être de mauvais augure ! C’est complètement insensé. Je suis un peu fataliste et je crois à la destinée, et je pense que même si on va se plier en quatre pour éviter un malheur ou un événement que Dieu nous a destiné, on ne pourra rien y changer. En outre, personne ne pourra rendre son avenir meilleur juste parce qu’il porte une amulette ! Toutefois, je pense qu’on ne peut changer notre destin et améliorer la qualité de notre vie qu’en travaillant consciencieusement», dit-il.


Badis, 16 ans,  pense aussi que rien ne peut changer le cours des événements et encore moins les croyances superstitieuses. «Je dois dire que je ne crois pas que le passage sous une échelle soit «responsable» de ce qui nous arrive de mal durant la journée. Je ne crois pas non plus que le fait de dire bonjour à une personne réputée porter la poisse soit aussi à l’origine d’un quelconque malheur qui nous arrive. Nombre de personnes ne veulent pas admettre qu’elles sont responsables de leurs échecs. Elles ne comprennent pas non plus pourquoi elles ne sont pas appréciées par leur entourage. Elles trouvent donc un bouc émissaire : la superstition ! Si elles jettent la responsabilité sur quelqu’un qui porte soi-disant la poisse, ou sur un contretemps causé par un…chat noir ou autre, elles auront la conscience tranquille et les autres vont devenir compatissants avec ces gens. Elles adorent jouer aux victimes pour légitimer leur paresse et leur incapacité de réussir. Comme le dit notre adage populaire : Celle qui ne sait pas se servir de ses mains, dira qu’on lui a jeté un mauvais sort (sic). Nul ne peut changer les choses à part Dieu, Seul, qui détient la destinée. En parallèle, Dieu ne change un être que si lui, il a la volonté de changer», dit-il.


Brahim, 21 ans, est le seul à être superstitieux. «Je suis contre le fait que l’on attribue la croyance superstitieuse au fait d’avoir l’esprit limité. Je suis assez éclairé pour avoir un minimum de sens de discernement. Mais même si au début, je n’y croyais pas, j’ai fini par devenir superstitieux. Sinon comment pourrai-je expliquer que je sois exclu, que je rate un examen, que je reçoive une mauvaise note ou une mauvaise nouvelle à chaque fois que je rencontre une personne bien précise ! J’ai essayé de chasser cette idée de ma tête, mais cela se confirmait à chaque fois. Dès que je l’aperçois, je dois m’attendre à une déveine. C’est invraisemblable, mais c’est comme ça», dit-il.


 

Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com