El Mazzouna : Rongé par le doute, il tue sa femme





Un bébé âgé de trois mois qui pleura, le corps sans vie de sa mère allongé juste à côté, tel est le constat fait par les agents de la garde nationale de Sidi Bouzid après avoir été avisés mercredi dernier par les voisins. Il s’agit d’un crime d’honneur.


 


Tunis - Le Quotidien


Le bébé n’arrêtait pas de pleurer sans que personne ne décide d’intervenir pour le calmer. La situation devint de plus en plus insupportable pour les voisins qui n’ont pas hésité finalement à aviser les agents de l’ordre.


Les auxiliaires de la police relevant du poste d’El Mazzouna une localité située à quelques kilomètres de Sidi Bouzid se rendirent alors sur les lieux. Munis d’une commission rogatoire, ils pénétrèrent à l’intérieur de la maison où ils tombèrent nez à nez avec le bébé et sa mère qui était allongée juste à côté de lui.


La dame âgée de quarante deux ans avait rendu l’âme depuis un bon bout de temps. Les enquêteurs constatèrent dans la foulée que des traces de violence étaient visibles sur le cou de la victime. Il était évident que la dame a été étranglée avec son propre foulard abandonné juste à côté de son corps.


Les agents de la police judiciaire relevant du commissariat central de la garde nationale  de Sidi Bouzid furent chargés de l’enquête. On commença à entendre les témoins et à recueillir des informations sur la victime.


Rapidement, les enquêteurs réussirent à limiter les soupçons autour de l’époux de la victime. Ce dernier a été vu peu de temps avant la découverte du drame  quittant à la hâte sa maison.


Les agents de l’ordre découvrirent également que le mari et après avoir divorcé avec la victime s’est remarié avec elle. Pourtant, les problèmes et les conflits entre les deux époux n’ont jamais cessé. On savait que le mari soupçonnait sa femme d’avoir quitté le droit chemin. Il lui reprochait, en effet, sa mauvaise conduite allant jusqu’à l’accuser d’avoir un amant.


Un mandat de recherche fut alors lancé à l’encontre du suspect. Aux alentours de quatorze heures du mercredi dernier, l’époux a été arrêté, à la Skhira (gouvernorat de Sfax).


Interrogé, il craqua et fit des aveux complets. Il déclara avoir eu une petite altercation avec sa femme. La situation avait rapidement dégénéré, le mari s’est jeté sur sa femme et à l’aide d’un foulard, il l’a étranglée. Pris de panique après avoir constaté la gravité de son acte, il a quitté les lieux vers Sfax.


Le corps de la victime a été par ailleurs transporté aux services de la médecine légale de Sfax pour subir une autopsie, alors que le meurtrier a été écroué en attendant d’être traduit devant la justice.


 

H.M.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com