Festival International des Campagnes de la Prévention Routière : Repenser les techniques de sensibilisation





Tunis abrite à partir de demain les activités de la 5e édition du Festival International des Campagnes de la Prévention Routière. A cette occasion, les membres du comité d’organisation ont donné, hier à Tunis, une conférence de presse lors de laquelle ils ont présenté le programme de ce festival. 


 


Tunis-Le Quotidien


Au cours de cette rencontre tenue à l’occasion de la nouvelle édition du festival, les deux conférenciers, en l’occurrence M. Afif Frigui, président de l’ATPR et le Dr Adelwahab Mahjoub, directeur du festival, ont mis en exergue l’engagement des associations de prévention dans le développement d’une conscience collective à l’égard du problème de la sécurité routière.


Ce problème est devenu un fléau qui préoccupe tous les pays du monde. « La participation des militants dans les efforts visant à faire obstacle à ce problème de sécurité est aujourd’hui incontestable. Les autres parties par contre tardent toujours à s’engager avec la même fermeté et c’est justement dans ce chapitre que l’action va être renforcée», affirme le Dr Mahjoub. 


Présentant le contexte général de la nouvelle édition de ce festival international des campagnes de la prévention routière, qui démarre demain à Tunis et durera quatre jours, Dr Mahjoub a souligné que L'Association Tunisienne de la Prévention Routière (ATPR), la Prévention Routière Internationale (PRI) et l'Organisation Arabe de la Sécurité routière (AROSO) se sont alliées dans une démarche de partenariat visant à faire face au phénomène de l’insécurité routière. Celle-ci «fait plus de victimes que toutes les guerres et les catastrophes qui frappent le monde ».


D’après le conférencier, l’attention des participants à cette 5e édition du Festival International des Campagnes de la Prévention Routière portera ainsi sur l’échange des idées et des expériences de pays participants à travers près de 25 communications et représentés par des experts, des ONG et des responsables gouvernementaux. Au total, ils sont en effet 42 pays à prendre part à ce festival.


Comme l’ont souligné les organisateurs, l’objectif de ce festival international est de faire partager des expériences et des idées novatrices qui sous-tendent des campagnes de sécurité routière. Quant au grand public, l’intérêt du festival est de présenter les nouvelles techniques de sensibilisation développées dans plusieurs pays du monde. Un des objectifs de ce festival est de contribuer au développement des produits multimédias relatifs à la sécurité routière. Il s’agit, en effet, d’œuvrer au développement de la communication des campagnes de prévention routière sur les chaînes de télévision, sur Internet et sur les autres canaux de communication, afin de réduire les accidents et minimiser les dégâts humains et matériels qu’ils génèrent.


 


Ateliers


Il y a lieu de noter par ailleurs que les activités du festival seront concentrées autour de quatre principaux axes. Il y aura d’abord la rencontre des campagnes qui doit s’étaler sur deux jours et lors de laquelle l’intérêt des experts portera sur la présentation, l'analyse et l'évaluation de chacune des campagnes participantes. Un concours officiel sera par ailleurs organisé durant la durée du festival. Une épreuve qui permettra aux participants d'entrer en compétition par la présentation de leurs œuvres, et ce, selon des modalités définies par le comité d’organisation.


Dans le cadre des activités parallèles, des ateliers, des conférences et des expositions seront également organisés durant le festival.


Deux sujets de première importance  liés au problème de la prévention routière seront, par ailleurs, débattus dans le cadre de deux ateliers. Il s’agit de la vitesse et de la place du piéton dans les programmes de prévention. Concernant le premier sujet, les participants tenteront de développer une thèse qui sera avancée par M. Jesper Soland, expert au Conseil danois de la sécurité routière et qui considère la vitesse comme étant le facteur principal de l’insécurité routière dans le monde. Une question à laquelle devrait répondre Dr Ingrid Van Schagen, expert à l’Institut néerlandais des recherches dans la sécurité routière, et ce, en exposant les mesures techniques et éducatives adoptées par son pays pour réduire la vitesse sur la route.


Le deuxième atelier sera dédié, quant à lui, au problème à travers une communication sur la place des piétons dans la circulation routière. M. James Thomson, de l’Université de Strathclyde de l’Ecosse, contribuera à ce débat à travers une communication sur les limites psychologiques des enfants piétons. Quant aux dangers encourus par les personnes âgées en tant que piétons, il sera le sujet qu’exposera M. Kazumi Renge de l’Université japonaise de Tezukayama. 


 


Hassen GHEDIRI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com