Préconisant un accord bilatéral avec Washington : Al-Maliki demande la fin en 2008 du mandat des forces étrangères





Le Quotidien-Aences


Le gouvernement irakien souhaite que le mandat donné par les Nations unies aux forces étrangères présentes dans le pays soit renouvelé une dernière fois et prenne fin en 2008, pour être remplacé par un accord bilatéral avec les seuls Etats-Unis, a déclaré  le Premier ministre Nouri al-Maliki.


Dans cette hypothèse, évoquée dans un discours télévisé du Premier ministre, le mandat onusien des forces étrangères engagées dans le pays, qui doit être renouvelé en décembre, se terminerait fin 2008. Nouri al-Maliki a aussi demandé que toutes les restrictions imposées à son pays depuis la première guerre du Golfe soient levées.


D'ici là, l'Irak et les Etats-Unis auront négocié un accord de coopération en matière de sécurité et de commerce qui devrait être signé avant le 31 juillet, a précisé Al-Maliki.


Nouri al-Maliki et le président américain George W. Bush ont signé avant-hier  une "déclaration de principes" lors d'une vidéo-conférence. Cette déclaration ouvre la voie à un accord qui permettrait aux Etats-Unis de maintenir à long terme une présence militaire fortement réduite dans le pays et d'accéder à des conditions préférentielles au marché irakien, selon des informations. Washington s'engagerait en retour à assurer la sécurité du pays, y compris en cas de coup d'Etat.


Le texte a été détaillé par deux responsables irakiens proches du dossier qui ont demandé à conserver l'anonymat. A Washington, le conseiller de la Maison Blanche sur la guerre en Irak, le général Douglas Lute, a confirmé le texte en expliquant qu'il s'agissait d'un "ensemble de principes à partir desquels commencer une négociation formelle".


Les conditions préférentielles prévues pour les investisseurs américains pourraient s'avérer très intéressantes, en particulier dans le secteur pétrolier, si le pays se stabilise et se développe.


Sur le plan militaire, Washington ne serait plus chargé de la sécurité quotidienne, assurée par les Irakiens, et pourrait ramener le nombre de soldats déployés de plus de 160.000 aujourd'hui à environ 50.000. Ces derniers ne seraient plus stationnés dans les villes, mais resteraient présents dans le pays, ce qui permettrait aux Etats-Unis de disposer de bases près de l'Iran.


L'accord doit être négocié sur ces bases au cours du premier semestre 2008, selon le général Lute. Ses grandes lignes ont été présentées dimanche à huis clos aux députés irakiens. Les élus fidèles au leader chiite Moqtada al-Sadr ont affiché leur opposition, selon les responsables irakiens.


_______________


 


La Pologne compte retirer définitivement ses soldats


 


Le Quotidien-Agences


Le nouveau ministre polonais de la Défense Bogdan Klich a précisé hier qu'il comptait achever le retrait des quelque 900 soldats déployés en Irak à l'été 2008, dans une interview au quotidien Rzeczpospolita.


Vendredi, dans un discours de politique générale devant les députés, le Premier ministre Donald Tusk avait promis que l'année 2008 sera celle de la fin de la mission polonaise en Irak. Mais il n'avait pas donné plus de précisions.


Le ministre de la Défense a annoncé le lancement imminent des préparatifs au retrait. "J'espère qu'il sera possible en été 2008", a-t-il précisé dans le journal.

Selon un sondage récent, 85% des Polonais sont opposés à la présence de leurs soldats en Irak, alors que seulement 12,1% y sont favorables.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com