Futur “président civil” du Pakistan : Musharraf fait ses adieux aux militaires





Le Quotidien-Agences


Le chef de l'Etat pakistanais réélu, le général Pervez Musharraf, a entamé hier une tournée d'adieux dans les casernes, contraint de quitter son uniforme militaire avant de prêter jeudi son serment de "président civil", plus de huit ans après son coup d'Etat.


Les quelque 160 millions d'habitants de la République Islamique du Pakistan, la seule puissance nucléaire avérée du monde musulman, devraient ainsi entamer, du moins formellement, une période de démocratie "normale".


Musharraf a entamé sa tournée de deux jours hier par l'état-major général des armées dans la ville-garnison de Rawalpindi, dans la banlieue d'Islamabad, a rapporté un journaliste de l'AFP.


Les troupes ont défilé devant l'ancien membre des commandos des forces spéciales qui a toujours considéré l'uniforme comme une "seconde peau", et qui avait revêtu pour l'occasion celui d'apparat, couvert de médailles.


Musharraf avait d'ailleurs désigné il y a quelques semaines son successeur, le général Ashfaq Kiyani, un fidèle, en le nommant chef d'état-major adjoint.


En même temps, il veut maintenir l'état d'urgence, affirmant que c'est la seule manière d'assurer un environnement sécurisé pour les élections législatives et provinciales du 8 janvier alors que le pays vit une vague d'attentats sans précédent qui a fait plus de 250 morts en un peu plus de quatre mois.


C'est d'ailleurs à Rawalpindi qu'un double attentat suicide a fait 18 morts samedi quand des kamikazes ont précipité leurs voitures piégées l'une contre un car de militaires dans l'enceinte même de l'état-major, l'autre contre un poste de contrôle à l'entrée d'une base militaire des puissants services de renseignement.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com