Situation de l’enfance : Le Canada épinglé par l’UNESCO





Le Canada vient d’être épinglé par l’Unesco dans un rapport présenté à l’occasion de la Journée internationale des droits des enfants, dressant un bilan critique de la situation de l’enfance au Canada.


Tout en reconnaissant les progrès accomplis par la Canada, 15 ans après sa ratification de la convention des Nations unies sur les droits de l’enfant en 1991, le rapport relève une pauvreté persistante, une obésité croissante ainsi qu’un taux de détention juvénile élevé” il souligne notamment que :


- un enfant sur six vit dans la pauvreté au Canada, un pourcentage inchangé  depuis une génération. Les enfants des populations autochtones sont les plus vulnérables, leur taux de pauvreté est près de trois fois supérieur à celui des autres enfants canadiens;


- près de 26% des enfants canadiens sont obèses, un des taux les plus élevés des pays industrialisés; l’asthme et le diabète sont également en progression;


- la mortalité infantile stagne à 5 décès pour 1000 naissances depuis près de cinq ans, alors que ce taux continue de baisser ailleurs. Le taux de mortalité infantile des enfants des populations autochtones est pratiquement le double par rapport au reste de la population;


- environ 1,1 million de jeunes de moins de 20 ans, soit environ 15%,  ont des problèmes de santé mentale (anxiété, dépression , dépendance), mais seulement un sur cinq bénéficient d’un traitement;


- le Canada compte aussi l’un des plus hauts taux parmi les pays industrialisés de jeunes se trouvant dans des systèmes de protection de l’enfance ou des centres de détention, ce taux est également plus élevé en ce qui concerne les autochtones.


Face à cette situation, l’Unicef propose une série de recommandations dont la création d’un poste indépendant de commissaire national aux enfants afin de garantir le respect de la convention des Nations unies sur les droits de l’enfant par les autorités fédérales et provinciales.


Ces critiques formulées à l’égard du Canada par un organisme onusien rappellent le rapport publié, il y a un mois, par la “Direction régionale de la Santé publique de la capitale nationale au Québec” qui avait souligné, entre autres, qu’un enfant sur 5 vit sous le seuil de la pauvreté et qu’un enfant sur dix ne mange pas à sa faim au Québec.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com