«Kairouan 1428» : Majestueusememt, la culture islamique !





Dans la lumière ensorcelante de Kairouan, la 4ème Ville Sainte de l’Islam, le cinéaste Anis Lassoued s’est plongé pour saisir des fragments de l’histoire d’une ville pas comme les autres. De cette belle expérience qui a débuté lors du mois sacré de Ramadan et qui a marqué son parcours, le cinéaste nous a parlé.


 


Anis Lassoued ne manque pas d’idées. Il a toujours des projets à mijoter. « Kairouan 1428» est la récente création cinématographique de ce jeune réalisateur qui ne cesse de confirmer jour après jour son talent et la richesse de son imagination. Fondée par Oqba Ibn Nafaa, Kairouan est l’une des villes emblématiques qui a pu sauvegarder son charme au fil des années. C’est lors du mois sacré de Ramadan que ce réalisateur a débarqué dans cette ville sainte pour savourer de près cette spiritualité qui distingue et marque cette terre clef dans l’histoire de l’Islam.


«Kairouan est la quatrième ville construite par les musulmans après Bassorah, Koufa et Al Foustat. La ville est fondée par Oqba Ibn Nafaa en 670 ap JC.


Après treize siècles, la ville de Kairouan appartenant à la Tunisie - et au monde arabe - est toujours musulmane, mais de quelle manière ?


En réfléchissant à cette question, j’ai trouvé qu’il était urgent de raconter comment cette ville a pu résister aux différentes colonisations, ainsi qu’aux changements politique-sociaux qu’a subi la région, surtout qu’elle est considérée en Tunisie comme «Capitale de l’Islam». L’une des particularités de Kairouan est la manière de célébrer le mois de ramadan. L’histoire et la mémoire dont cette ville est imbibée, ne peuvent que donner une empreinte particulière aux coutumes et traditions perpétuées par ses habitants», a souligné ce réalisateur en guise d’explication des motifs de cette orientation vers Kairouan. Une expérience très originale qui a permis à ce réalisateur de mettre en exergue la culture islamique et ce en focalisant sur le vécu des Kairouanais durant ce mois saint et sur l’architecture islamique diversifiée qui a permis à cette ville d’être répertoriée sur la liste du patrimoine mondial. D’ailleurs tout au long de ce mois, Anis Lassoued et son équipe ont fouillé dans les traditions et le mode de vie des habitants de cette terre sainte et ils ont tout filmé.


«La curiosité m’a mené à chercher comment les différents membres d’une famille Kairouanaise vivent jour après jour ce mois sacré. J’ai essayé d’examiner tout de près et de me plonger au cœur du quotidien en axant mon travail sur plusieurs volets qui me permettent de déceler tous les éléments qui font la spécificité de cette ville. Un suivi continu et attentif des Kairouanais de diverses générations, dans le travail, à l’école, au marché, lors de soirées familiales, de programmes d’animation de la ville…, nous a aidés à lever le voile sur des valeurs comme la solidarité, l’entraide, le respect de l’autre qui continuent à marquer la société Kairouanaise très attachée à la culture islamique. Ce qui vraiment m’a impressionné dans cette ville, c’est cette assiduité touchante des Kairouanais dans les mosquées. Des siècles déjà, Kairouan est restée intacte et a pu préserver son cachet islamique qui fait d’elle la 4ème Ville Sainte de l’Islam», a noté Anis Lassoued sur un ton où enchantement, admiration et surprise se sont entrelacés pour dessiner le nouvel univers de ce film. Une expérience cinématographique qui a été rendue possible grâce à la contribution de Ciné téléfilms, chapeautée actuellement par Habib Attia qui a secondé son père Feu Ahmed Bahaeddine Attia  et la contribution généreuse de Kamel Aridhi, Moncef Talbi, Makrem Ayari, Tarek Chortani et tous les techniciens qui ont accompagné Anis Lassoued dans cette délicieuse plongée dans l’histoire de cette ville sainte. Le film est actuellement en montage et il sera prêt pour être présenté en 2009 et ce dans le cadre de la manifestation «Kairouan, capitale de la culture islamique». Mais avant ce rendez-vous exceptionnel qui célébrera notre pays, Anis Lassoued nous a promis de savourer les fruits de cette expérience et celle de «La Montgolfière» qui a été tourné au Japon et qui est encore en montage.


 


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com