Changements climatiques : La sonnette d’alarme





Tunis - Le Quotidien


Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en Tunisie  a présenté avant-hier les principales conclusions et recommandations du rapport mondial sur le développement humain et les changements climatiques. Ce qui en ressort essentiellement, c’est que les pays pauvres et en développement paient le progrès démesuré des pays industrialisés et riches; c’est-à-dire que les démunis seront désormais les plus affectés par les répercussions du réchauffement planétaire, et ce, à moyen et long terme. Les pays industrialisés sont appelés justement à atténuer l’impact des bouleversements climatiques sur ces pays particulièrement vulnérables.


Il va sans dire que la hausse de la température doublée d’importantes précipitations ne sont pas sans bouleverser les systèmes agricoles de la plupart des pays pauvres. D’où la malnutrition et ce qui s’en suit comme problèmes sérieux de santé. Et les pays de l’Afrique subsaharienne, qui enregistrent un climat semi-aride et qui figurent parmi les populations les plus pauvres du monde, sont menacés d’une diminution de leur productivité à l’horizon de 2060.


Selon le rapport, l’écrasante majorité (98%) des victimes des catastrophes naturelles et climatiques, survenues entre 2000 et 2004, est issue des pays pauvres contre une seule personne sur 1500 originaires des pays riches. D’autant plus que les terres agricoles en Egypte, par exemple, ou aux Maldives sont menacées de fortes inondations à cause de l’élévation du niveau des mers.


Sur un autre plan, le rapport mondial sur le développement humain incite les gouvernements à faire preuve de plus de rigueur en matière d’application des normes sur les émissions des véhicules, des bâtiments et des appareils électriques. Et de plaider également pour la création d’un Fonds d’Atténuation des Changements Climatiques (Face). Ce dernier serait à même de financer les investissements supplémentaires quant aux projets qui contribuent à abaisser l’émission de carbone. Deux projets de ce genre verront le jour en Tunisie. D’ailleurs, le PNUD va soutenir le développement de programmes et de projets dans nos murs durant la période allant de 2007 à 2011. Il est à préciser que la Tunisie envisage de réaliser un projet national qui développerait les énergies de substitution de manière à réduire le coût énergétique et d’atténuer l’émission de gaz à effet de serre. Un second projet sera également développé de façon à promouvoir la production électrique à partir de l’énergie éolienne.


 


M.K.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com