Tunisie – U.E. : Vers l’harmonisation des règles de concurrence





Tunis - TAP


Le partenariat à travers le jumelage entre les institutions tunisiennes et françaises chargées de la concurrence a été au centre du séminaire organisé, hier, à Tunis, sur le thème “Concurrence, distribution et consommation)  à l’initiative du ministère du Commerce et de l’Artisanat.


Selon M. Odoardo Como, représentant de la délégation européenne, l’objectif de ce partenariat est d’harmoniser les règles de concurrence qui constituent une composante majeure de la politique de voisinage de l’Union européenne (U.E.).


Pour M. Francis Armand, chef du service à la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes en France, il s’agit de rapprocher les modes de régulation des deux rives de la Méditerranée  en vue de créer (un espace euroméditerranéen supportant des règles équitables pour tous les opérateurs économiques”.


Ce partenariat, a-t-il dit, a permis de soutenir une nouvelle gouvernance économique tunisienne qui pourrait servir d’exemple pour toute la région.


Mme Khadija Chahloul, Chef de cabinet du ministre du Commerce et de l’artisanat, a affirmé que ce partenariat a été d’un apport considérable en matière de formation et d’échange, d’élaboration des manuels de procédures et d’investigation, de conception et de mise en œuvre d’une politique de formation et d’un programme de promotion de la culture de concurrence, outre la mise en place d’un système intranet documentaire et l’acquisition du matériel informatique nécessaire.


Elle a ajouté que la clôture du projet de jumelage entre les institutions en charge du dossier de la concurrence ne marquera pas la fin de la coopération technique avec la Commission européenne précisant que cette coopération a notamment permis aux autorités tunisiennes de développer les échanges d’expertises avec leurs homologues maghrébins, arabes et africains.


Elle a rappelé l’accord conclu avec la CNUCED sur la création en Tunisie d’un centre régional de formation dans le domaine de la concurrence au profit de pays arabes, francophones et africains, relevant l’urgence d’accélérer le processus d’entrée en activité de ce centre.


M. Khelifa Tounakti, directeur général de la concurrence et des enquêtes économiques au ministère du Commerce et de l’Artisanat a indiqué que le projet de jumelage, qui a mobilisé plus de 50 experts français, a permis de former 70 agents tunisiens.


De son côté, Mme Nawal Ben Romdhane, directrice de l’Unité de gestion du Projet d’appui à l’accord d’association, a noté que la jumelage constitue l’unique instrument de l’UE qui permet de mobiliser l’expertise publique au profit des pays partenaires.

Elle a estimé que le projet a permis de renforcer le positionnement de la Tunisie en tant que plate-forme d’expertise en la matière à l’échelle régionale. La tâche la plus difficile, a-t-elle dit, consiste dorénavant à maintenir le même enthousiasme après la clôture au projet du jumelage.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com