Sommes-nous sérieux dans le tourisme intérieur ?





Peut-être y avait-il contradiction dans les termes, dans l’objectif de la Tunisie de hisser les parts du marché intérieur du tourisme de 7% à 15% des nuitées globales, d’un côté, et d’allouer 150 mille dinars pour le renforcement du tourisme intérieur et des agences de voyage spécialisées dans ce créneau !


A quoi va-t-on consacrer cette enveloppe chétive de 150 mille dinars ? A la promotion ? A l’incitation des hôteliers ? A la compensation des agences ? A l’animation ciblée Tunisiens ? Ou à quoi d’autre ?


Il faut observer ce qui ne passe un peu partout dans le monde et se demander si nous sommes parmi les rares qui croient encore que l’on peut faire beaucoup avec peu de moyens. Certes, il est très romantique de soutenir une telle thèse mais la réalité est qu’il faut vraiment mettre le paquet quand on veut gagner. L’enjeu est simple : comment habituer la classe moyenne à choisir l’hôtel pour ses weekends et ses vacances ?


Pour créer de nouvelles habitudes, il faut forcer  l’attrait, rendre les choses irrésistibles et, a fortiori, accessibles, à portée de bourse. Et pour réussir ce revirement, ce n’est pas sérieux de n’y mettre que le prix d’une bonne voiture, car ce n’est que cela que ces 150 mille dinars.


 


Manoubi AKROUT


manoubi.akrout@planet.tn




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com