E.S.T. – C.A.B. (1 – 2) : Les Cabistes ont joué intelligemment le coup





Grâce à beaucoup d’intelligence dans le jeu et à un très bon Béjaoui, le CAB a réussi à piéger une EST dominatrice en première mi-temps mais méconnaissable après la pause.


 


Quand l’arbitre faisait exclure Camara pour somme d’avertissements à la demi-heure de jeu, on croyait que les Espérantistes allaient droit vers un succès aisé tellement leur domination était nette mais sans compter avec la ruse des Nordistes, le métier de Béjaoui et l’efficacité de Bienvenu, l’auteur des deux buts de son club.


Il est nécessaire donc de signaler la belle prestation du gardien Béjaoui qui a constitué un rempart infranchissable devant Khelifa, Bouazzi, Zaïem ou Sameh Derbali qui a suppléé Letifi, blessé (encore une fois !) dès la fin du premier quart d’heure.


Les prouesses de Béjaoui ont encouragé les siens à tenir le coup durant toute la première mi-temps contre une Espérance dominatrice mais peu efficace en phase de conclusion. Youssefi, Bouazzi, Khelifa ont manqué terriblement d'incisivité et de personnalité dans les moments chauds.


L’absence des Chaâbani, Hammi et Aboucherouane était lourdement ressentie dans les rangs d’une EST incapable de forcer la décision.


Après la pause, les Bizertins qui ont fait de la résistance lors de la première mi-temps, passaient à la seconde phase de leur plan avec beaucoup de calme et d’intelligence : à savoir : des contres meurtriers qui donnaient le tournis à une défense adverse lente et hésitante à l’image des Yaken, Z. Derbali et Chammam. Et le résultat ne se fit pas attendre : premier but de Bienvenu qui a profité de la passivité de ses anges gardiens. Ce but a sonné le glas pour les Sang et Or qui ont, du coup, perdu leurs repères et leur jeu pour tomber dans l’approximatif et le cafouillage. Les camarades de Baghouli ne demandaient pas tant et allaient enfoncer le clou en ajoutant un second but par le même Bienvenu. Les dix dernières minutes étaient une simple formalité pour les visiteurs et un vrai calvaire pour les Tunisois. Ces derniers allaient quand même toucher la transversale par Z. Derbali et réduire le score sur penalty par Khelifa mais leur cause était déjà entendue.


En somme, le CAB qui a bien négocié cette rencontre a amplement mérité sa victoire alors que l’EST qui ne gagne plus depuis quatre sorties voit le doute s’installer et l’absence de quelques titulaires ne peut expliquer à elle seule la médiocre seconde mi-temps.


 


Jamel BELHASSEN


 


________________________


 


Douze ans après !


 


L’Espérance n’est pas du genre de clubs qui enregistrent facilement les revers. Mais cette saison et à l’issue de la 11ème journée, elle a rompu avec ses bonnes habitudes.


 


Avec trois défaites en onze journées dont deux d’affilée et une septième place au classement de la L1, elle est en train de descendre bas et de susciter des inquiétudes, des doutes et des interrogations auprès de ses supporters qui n’arrivent pas facilement à comprendre ou a réaliser ce qui se passe dans leur équipe.


Pour revenir aux chiffres des précédentes défaillances espérantistes, il faut remonter à la saison 19991-1992 pour avoir trace de trois défaites au passif des Sang et Or après 11 journées de Championnat


4ème J. : CAB (0-2)


6ème J. : ESS (0-1)


9ème J. : OB (0-1)


Il faut aussi remonter à la saison 1994-1995 pour avoir trace de deux défaites de suite en Cham-pionnat.


17ème journée contre l’ESS a Sousse (0-1)


19ème journée contre le CSS à Sfax (0-1)


Il faut préciser ici que le match prévu lors de la 18ème journée contre l’ASM n’a pu avoir lieu à temps et a été reporté et programmé juste après le match du CSS de la 19ème journée. C’est pour cela qu’on a considéré dans nos calculs les deux revers contre l’ESS et le ST comme étant consécutifs...


Il a fallu donc 12 ans pour enregistrer un pareil mauvais scénario pour l’équipe de Bab Souika.


 


A.D.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com