Volley-Ball E.N. : Un échec et après… ?





L’E.N. a raté la Coupe du monde 2007. A-t-on vraiment planifié pour réussir cet événement hypermédiatisé ?


 


Rien n’est sûr. Nous avons même l’impression que depuis maintenant quelques années, ce sont les événements et les aléas qui ont dicté la politique à suivre concernant l’EN. Ni le staff technique, ni le Bureau fédéral n’ont eu une vision sérieuse et pragmatique du futur de notre élite. Quasiment toutes les décisions, tous les choix antérieurs visaient en fait l’acquisition du titre africain au plus vite. Résultat : L’Egypte nous a encore damé le pion et nos autres rendez-vous ont été complètement ratés. Pourtant, on pouvait mieux faire, beaucoup mieux faire. A commencer par accepter le fait que certains joueurs de l’élite sont arrivés depuis un certain temps à la fin de leur cycle de compétition continentale et mondiale.


Toute une génération de «projets de joueurs» n’a pas bénéficié de la sollicitude requise et légitime, faute de chercher le résultat immédiat hypothéquant par la même, l’avenir de l’EN.


Bien sûr, la mise en place d’une EN A’ pouvait rattraper un tant soit peu les errements du passé, mais malheureusement cette expérience a été vouée à l’échec dès le départ. La cause : la recherche d’une «médaille en chocolat» en faisant appel à des joueurs dont la majorité n’avait aucune chance d’intégrer l’équipe A de demain, qui pour âge avancé, qui pour moyens techniques limités.


Il est de l’honnêteté intellectuelle d’avouer que le volley-ball tunisien a régressé. Nos chances de reconquérir les podiums arabe et africain sont réelles mais nécessitent une panification rigoureuse, des idées nouvelles et beaucoup de temps et de patience. Reconnaissons l’échec, cherchons ses raisons et acceptons les idées «des autres»... Et nous voilà ainsi bien partis sur le chemin de la reconstruction d’une élite digne de la Tunisie d’aujourd’hui.


 


Mondher JEBENIANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com