Emigration dans l’espace euroméditerranéen : Des experts plaident pour une coopération durable entre l’Europe et le Maghreb





Tunis - Le Quotidien


Des experts venus d’Europe et du Maghreb ont plaidé, hier à Tunis, pour une coopération durable entre les pays des deux rives de la Méditerranée sur la question de l’émigration lors d’une conférence tenue à l’initiative de la Ligue des Etats arabes.


«Emigration de l’Afrique du Nord vers l’Europe: vers une coopération euro-arabe», tel est le thème d’une conférence qui a réuni hier une pléiade d’experts venus définir les axes d’une coopération durable entre les deux rives de la Méditerranée sur la question de la gestion des flux migratoires.


Dans son allocution d’ouverture, M. Chedli Neffati, secrétaire général-adjoint de la Ligue des Etats arabes a indiqué que l’émigration prend de plus en plus des proportions inquiétantes dans l’espace euroméditerranéen avec la montée en flèche des opérations d’immigration clandestine et les réseaux de trafic d’êtres humains.


Il a également souligné la nécessité d’élaborer de nouvelles idées et des propositions pour réduire les flux des migrants clandestins et jeter les bases d’une émigration «légale, sûre et mutuellement profitable aux pays d’Europe et du Maghreb».


Dans ce même ordre d’idées, M. Fraj Souissi, directeur général de l’Office des Tunisiens à l’étranger (OTE) a fait remarquer qu’un partenariat «efficace et équilibré» entre les pays des deux rives de la Méditerranée nécessite l’ouverture des frontières face à la libre circulation des personnes.


De son côté, M. Ibrahim Aouadh, directeur du Bureau de  l’émigration a souligné la nécessité de lutter contre les facteurs des flux migratoires des pays de la rive Sud vers les pays européens, notamment la pauvreté et le chômage. «Les pays d’accueil de la rive Nord de la Méditerranée sont appelés à contribuer à la création des emplois dans les pays d’origine des émigrés», a-t-il précisé.


Il a également relevé une féminisation accrue de l’émigration, indiquant que les femmes souffrent d’une grande discrimination sur le marché du travail. M. Aouadh a, par ailleurs, souligné le droit des pays européens à recourir à une «approche sélective» en matière d’émigration, notant que le projet de la création d’une carte bleue destinée à attirer les compétences et les travailleurs qualifiés risque de priver les pays du Sud de leur capital humain, formé au prix de grands sacrifices.


Le directeur du Bureau de l’Organisation Internationale pour les Migrations (OIM) à Rome, a mis l’accent, de son côté, sur la nécessité d’intensifier les programmes d’émigration légale dans le cadre des contrats de travail saisonniers ou à longue durée et de la coopération technique pour limiter les flux des migrants clandestins.


Le responsable de l’OIM a aussi souligné la nécessité de multiplier les projets de réduction de la pauvreté et du chômage dans les pays du Maghreb et de l’Afrique subsaharienne à travers le financement des microprojets dans les secteurs du commerce et des services.


La conférence qui devrait se poursuivre aujourd’hui débattra des moyens permettant la mise en œuvre d’une stratégie gagnant-gagnant entre les deux rives de la Méditerranée en matière d’émigration et de la contribution des immigrés au développement de l’Europe.


 

W.K.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com