Les jeunes et les études à l’étranger : Pourquoi pas ? Pas du tout !





Qu’est-ce qui prime pour les élèves et les étudiants? A priori, ils aspirent tous réussir et parvenir au bout de leur cursus universitaire. Toutefois, la réussite dans les études n’est pas leur objectif primordial. Ils veulent surtout garantir leur avenir. En fait, nombre de jeunes croient que s’ils réussissent à décrocher des diplômes universitaires sous d’autres cieux, cela leur ouvrira plus d’horizons et d’opportunités. Raison pour laquelle, bon nombre de jeunes rêvent de partir à l’étranger une fois le bac en poche. Un rêve qui semble en cacher d’autres…


 


Tunis-Le Quotidien


Parmi les candidats au bac, seuls les lauréats ont la chance de profiter d’une bourse élastique pour partir étudier à l’étranger. Ils peuvent accéder aux meilleures universités du monde. En revanche, ceux qui ont eu leur bac avec mention bien ou passable ne peuvent pas aspirer à une telle opportunité. Toutefois, qu’ils soient très brillants ou passables, certains jeunes gens tiennent absolument à obtenir leurs diplômes universitaires ailleurs. Ils rêvent de partir à l’étranger. Si leurs capacités financières le leur permettent, ils n’auront qu’à régler la paperasse et plier bagages, pour concrétiser leur rêve. D’autres en revanche, savent que leurs résultats ne leur permettront pas de partir étudier ailleurs. Or, ils font des études à l’étranger une idée fixe. Pour ce faire, ils doivent mettre le paquet… Ceux qui ont les moyens de payer les frais d’études à l’étranger peuvent se permettre de partir. Les autres en revanche, doivent poursuivre leurs études supérieures ici même. Toutefois, le rêve de partir pour les étudiants reste possible. Au bout d’un premier cycle universitaire réussi brillamment, ils peuvent obtenir une mention qui leur permet de poursuivre leurs études à l’étranger. Le cas échéant, ils peuvent toujours le faire après la maîtrise. S’ils obtiennent une maîtrise avec une mention et réussissent un parcours universitaire sans faute, les étudiants peuvent toujours partir à l’étranger pour préparer un master, un DESS ou un doctorat qu’ils obtiendront sous d’autres cieux. Ce rêve est quasiment un dénominateur commun chez la majorité des jeunes élèves et étudiants. Pourquoi ? Les uns trouvent qu’ils auront plus de perspectives s’ils étudient ailleurs. Ils pensent que cela leur permettra de voyager, d’explorer un nouveau pays, d’avoir de nouveaux horizons, et un meilleur niveau d’études…Une fois au bout du chemin, ils reviendront en Tunisie pour servir leur pays avec leurs acquis. D’autres, tiennent juste à partir parce qu’ils trouvent qu’une telle expérience vaut la peine d’être vécue. Ce voyage d’études joint l’utile à l’agréable. Il leur permettra, croient-ils, d’avoir des diplômes de très haut niveau et la chance de résider à l’étranger, de vivre de manière plus libre avec moins de tabous et d’interdits… Et entre les uns et les autres, certains jeunes ne veulent pas partir étudier ailleurs.


Talel, 18 ans, veut partir en France. Le jeune homme a plusieurs oncles qui vivent dans l’Hexagone et ils lui ont promis un coup de pouce une fois le bac en poche. «Je ne veux pas partir n’importe où. Ce dont j’aspire, c’est de rejoindre mes oncles en France qui y vivent depuis des dizaines d’années et qui ont su se faire une petite fortune. A vrai dire, je suis un élève passable ! Je compte mettre le prix pour partir poursuivre mes études universitaires en France. Il faut dire que le fait d’avoir de la famille m’encourage à vivre cette expérience. En plus, on rêve tous de découvrir d’autres pays. J’ai tellement envie de visiter plusieurs endroits à commencer par la France. Mais , je dois d’abord avoir mon bac. Dès que j’aurai garanti mon diplôme, je partirai en quête de nouvelles expériences. Et mes parents sont d’accord avec moi d’autant plus que je serai entre de bonnes mains. Certes les études en Tunisie sont à la portée et nous avons les meilleures universités et les meilleurs enseignants, mais ce qui m’attire c’est justement l’expérience», dit-il.


Wassim, 16 ans, rêve également de partir étudier en Europe. Le jeune homme compte aller rejoindre son frère qui vit en France. «Mon frère a réussi à trouver un bon emploi en France après avoir achevé ses études universitaires. Je compte lui emboîter les pas. On peut avoir plus d’opportunités qu’ici. A vrai dire, le niveau d’étude en Tunisie est bon, mais je crains de ne pas pouvoir trouver un emploi de suite. Et puis, il faut dire qu’un jeune est toujours attiré par les nouvelles expériences et de partir à l’aventure. Le fait de vivre à l’étranger est l’occasion où jamais de se bâtir sur tous les niveaux. Un jeune qui étudie à l’étranger n’a personne sur qui compter à part sa propre personne. Il n’aura donc qu’à cravacher dur, à travailler et à savoir gérer sa vie tout seul», dit-il.


Slah, 18 ans, est catégorique et formel : il n’ira étudier nulle part ailleurs. Le jeune homme dit qu’aucun pays ne vaut notre chère Tunisie. «C’est ici que je suis né, c’est ici que j’étudierai et c’est ici que je vivrai. J’aime vivre en Tunisie entre les membres de ma famille, avec mes amis et auprès des personnes que j’aime. Je ne peux franchement pas imaginer une vie en dehors de la Tunisie ! Ici, je me sens comme un poisson dans l’eau et ceux qui pensent qu’ils vont pouvoir tenir le coup ailleurs, se trompent. En fait, ce n’est pas du tout facile de se sentir étranger et dépaysé et puis, pourquoi a-t-on toujours l’impression que les Occidentaux sont meilleurs que nous ? Pourquoi a-t-on tendance à tout recopier et à suivre toujours aveuglément ? Moi, je suis fier d’être tunisien, je suis fier de poursuivre mes études en Tunisie et je veux faire de grands efforts pour donner le meilleur de moi et servir ce pays qui m’a tant donné. Il faut être reconnaissant envers son pays. Je ne dis pas que ceux qui veulent partir étudier ailleurs ont moins de patriotisme. Au contraire, la majorité des jeunes rêvent d’ailleurs de faire fortune ailleurs pour venir investir ici même en Tunisie. Mais, moi je pense que si on veut réussir, on peut le faire et peu importe l’endroit. Et puis je ne supporte pas de vivre loin de chez moi», dit-il.


Nizar, 19 ans, veut partir étudier au Canada. Ses cousins vivent là bas et il compte aller les rejoindre. «Je vais tout faire pour décrocher mon bac avec mention et partir étudier au Canada. Mais même si je ne vais pas avoir la moyenne qui me permet d’avoir une bourse pour étudier à l’étranger, je vais partir tout de même. Mes cousins vivent au Canada et ils ont créé une entreprise qui marche à merveille. Ils attendent juste que j’obtienne mon bac et aller les rejoindre. Je mettrai donc le paquet pour partir. Mon avenir ici reste très imprévisible, alors que là-bas, j’ai déjà une place qui m’attend. Toutefois, un jour ou l’autre, je finirai sûrement par revenir», dit-il


 

Abir CHEMLI


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com