Demain, E.S.S – Pachuca : Les Etoilés en conquérants





L’ESS s’apprête à disputer le Mondial des clubs 2007. Demain au stade de Tokyo, les Etoilés ont un rendez-vous avec l’Histoire. Les Champions d’Afrique croiseront le fer avec la formation mexicaine de Pachuca, une équipe très valide et gorgée de talents.


 


Pour le représentant tunisien, arabe et africain le challenge est tout simplement passionnant. Le premier club tunisien à prendre part à un Mondial des clubs est tout simplement ravi d’être au Japon après avoir balayé en finale de la Ligue africaine des champions Al Ahly du Caire. Une performance grandiose née d’une classe certaine que les Etoilés se sont conférée à la faveur de longues années de labeur et de sacrifices.


Maintenant, il s’agit pour l’Etoile de se hisser à la hauteur de l’événement et mieux est d’honorer ses nouveaux engagements historiques.


 


Fin prêts


Le programme de la préparation, bien élaboré, a permis à l’Etoile de se présenter dans les meilleurs conditions possibles. D’abord, on a pris soin de s’adapter au décalage horaire en élisant domicile à Ulsan en Corée du Sud depuis le 29 du mois dernier. Ensuite, l’équipe s’est acclimatée aux conditions du Sud-Est asiatique assez rapidement. A Tokyo, en dépit de quelques problèmes engendrés par l’état du terrain d’entraînement et de la blessure de Bassem Ben Nasr qui doit déclarer forfait devant Pachuca, l’équipe semble disposer de tous ses moyens tant physiques que techniques. Et il ne reste aux joueurs que confirmer devant l’équipe aztèque sa bonne tenue du moment, même si Saber Ben Frej et Mehdi Mériah ont connu quelques petits bobos de santé en Corée du Sud.


 


Un os dur


Les Etoilés savent mieux que d’autres que l’équipe mexicaine n’est pas née de la dernière pluie. Forte de ses nombreux sacres nationaux et internationaux, l’équipe de Pachuca se présente comme un client très sérieux et ambitieux d’aller le plus loin possible dans ce Mondial des clubs. Mais, lorsqu’on se réfère à la grande volonté des représentants africains, l’Etoile qui a l’ambition ne peut que jouer avec grande confiance. L’Etoile a ses atouts que probablement d’autres n’en ont pas. Ce qui a d’ailleurs fait dire au coach milanais, Ancelotti que la vitesse d’exécution des Etoilés et leur redoutable percussion peuvent poser bien des problèmes aux équipes présentes à ce Mondial. Autant dire que l’Etoile est au Japon pour développer son jeu sans complexes pour tenter d’aller jusqu’au bout de ses intentions. Et comme l’appétit vient en mangeant, on ne peut que demander au représentant africain de sauter l’écueil mexicain avec brio pour que le baptême du feu soit brillamment réussi. Bonne chance, Etoile !


 


Mounir EL GAÏED


___________________________


 


L’adversaire


Un ensemble pétri de qualités


 


Créé en 1901, Pachuca a remporté 4 fois le championnat du Mexique (1999, 2001, 2004, 2006), une fois la Copa Sudamericana (2006) et 2 coupes des champions de la CONCACAF (2002-2007).


 


L’équipe bien soudée compte une pléiade de joueurs de grand talent. C’est le cas du gardien de but Miguel Calero.


L’indéboulonnable géant, habitué de la sélection colombienne, est depuis cinq ans l’un des meilleurs portiers. Son compatriote, l’impressionnant Aguivaldo Mosquera, réalise lui aussi des miracles en défense.


Dans un entrejeu truffé de talent, tous les joueurs méritent d’être mentionnés. Gabriel Caballero, qui a défendu les couleurs du Mexique à Corée/Japon 2002, n’a pas son égal pour temporiser. Le Colombien Andres Chitiva se charge lui d’accélérer le rythme. Enfin, les tâches offensives sont laissées à Jaime Correa et au jeune prodige Carlos Rodriguez.


En attaque, l’Argentin Cristiano Chaco Gimenez s’est épanoui dans les rangs de Pachuca, dont il est devenu l’âme. A ses côtés, un duo d’avant-centres mexicains, Luis Landin et Juan Carlos Cacho, s’efforce de faire parler la poudre. Enfin, l’Argentin Damian Alvarez s’est révélé un merveilleux joker.


Autant dire que Bertrand Marchand et les joueurs étoilés auront à puiser au plus profond de leurs ressources pour venir à bout d’une formation d’Amérique centrale pétrie de grandes qualités. Elle doit trouver dans l’exploit de la Tunisie de 1978 et au Mondial argentin, face à la sélection aztèque (3-1) et la perspective de rencontrer la grande équipe des Boca Juniors en demi-finales, l’inspiration nécessaire pour réussir son entrée en lice dans le Mondial 2007.


___________________________


 


Deux stades et des primes royales


 


La Coupe du monde des clubs 2007 sera organisée au stade de Tokyo et au stade de la ville de Yokohama, qui a abrité la finale du Mondial 2002 entre le Brésil et l’Allemagne et qui dispose d’une capacité de 69.000 places.


L’ESS jouera son premier match à Tokyo contre Pachuca le 9 décembre. Le vainqueur de ce match disputera la demi-finale contre l’équipe championne d’Amérique du Sud, Boca Juniors.

Rappelons que le vainqueur de cette compétition empochera la coquette somme de cinq millions de dollars, le second aura droit à quatre millions de dollars, les 3ème et 4ème recevront respectivement 2,5 et 2 millions de dollars, les deux 5èmes auront chacun un million de dollars et le club classé 7ème, aura droit à 500 mille dollars.


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com