Textile-habillement : Quatre pays sud-méditerranéens adoptent une nouvelle stratégie face à la concurrence chinoise





La Tunisie, le Maroc, l’Egypte et la Jordanie ont adopté, hier, à Tunis, une nouvelle stratégie axée sur la libéralisation du commerce intra-régional pour faire face à la Chine, désormais premier fournisseur de l’Europe en produits textiles.


 


Tunis - Le Quotidien


Le nouveau «plan d’action commun» prévoit notamment le renforcement des échanges régionaux d’intrants nécessaires à l’industrie textile entre ces quatre pays signataires d’un accord de libre-échange en 2004 à Agadir, dans le Sud-Ouest du Maroc.


Il a été adopté par des experts du textile et des représentants des structures professionnelles gouvernementales à la fin d’un premier forum économique qui fait suite à l’entrée en vigueur de l’accord d’Agadir en avril dernier.


La nouvelle stratégie élaborée à la lumière d’une étude sectorielle présentée par des experts européens prévoit également la création de consortiums d’entreprises et la mise en place d’une «structure de gestion et d’animation» commune pour conquérir de nouvelles parts de marchés dans les pays de l’Union européenne ainsi que sur des marchés lointains, notamment les Etats-Unis.


Un document final comportant des recommandations pour sauver le  secteur du textile-habillement dans les pays de la rive sud de la Méditerranée prêche également le développement de la coopération entre les entreprises sud-méditerranéennes et les compagnies internationales de trading pour faire face à la concurrence asiatique, notamment de la Chine, de l’Inde et du Vietnam.


Des experts ont aussi prôné la mise en place de groupes de prospection communs et d’un réseau de recherche et de développement pour promouvoir l’utilisation des nouvelles technologies.


Durant l’ouverture du forum, le ministre tunisien du Commerce, M. Ridha Touiti a indiqué que le forum vise à consolider la coopération économique entre les pays membres de l’accord d’Agadir, à accroître les exportations de ces pays vers l’Europe et à attirer les investisseurs européens, rappelant que les investissements directs étrangers (IDE) européens destinés au Sud de la Méditerranée représentent environ 2% du total.


Son homologue marocain, M. Abdellatif Maâzouz a souligné l’importance d’assouplir les procédures douanières pour surmonter les entraves à la circulation des marchandises entre les pays signataires de l’accord d’Agadir.


La Tunisie, le Maroc, l’Egypte et la Jordanie ont perdu des parts de marché en Europe depuis le démantèlement des accords multifibres (AMF) en janvier 2005.


Ces accords garantissaient des quotas d’entrée des produits textiles des quatre pays en Europe.


Avec environ quatre millions d’emplois directs et 50% des exportations, le textile-habillement constitue un secteur vital pour l’économie de ces pays.


En Tunisie, le secteur compte 2100 entreprises et représente plus de 50% des exportations pour une valeur des 5 milliards de dinars par an en moyenne.


Près de 5000 emplois sur un total de 250.000 ont été supprimés dans le secteur depuis janvier 2005 contre 100.000 prévus par la Banque mondiale avant le démantèlement des AMF.


 


Walid KHEFIFI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com