Souvenirs d’un voyage au pays du Soleil Levant : Au cœur d’Urawa Red Diamonds





Le football, une nouvelle discipline sportive qui commence à s’imposer et conquérir les cœurs des Nippons. Du côté de la préfecture Saitama et des villes environnantes, «Urawa Red Diamonds» a réussi à conquérir les cœurs et à affoler les supporters. «Une réussite qui n’est pas due au hasard mais qui traduit l’importance du travail mené au sein de l’équipe depuis des années et sur tous les niveaux», selon les propos de Mitsunori Fujiguchi, Président de l’équipe et ancien joueur.


 


Si le Sumo jouit d’une place de choix au cœur des Nippons, le football a aussi son public. Un public qui devient de plus en plus nombreux grâce à un tas d’événements sportifs haut de gamme qu’a accueilli, ces dernières années, le pays du Soleil Levant et surtout à la performance de certaines équipes de la ligue professionnelle comme « Urawa Red Diamonds » qu’affrontera ce matin l’ESS. Un grand événement qui restera pour longtemps gravé dans les mémoires des Tunisiens et des Japonais comme toutes les précédentes rencontres.


Président de «Urawa Red Diamonds», mais avant tout un grand joueur qui a marqué l’histoire du football japonais, Mitsunori Fujiguchi est une figure emblématique et un personnage inoubliable. Un grand sourire dessiné sur les lèvres, M. Fujiguchi a été sur un petit nuage lors de cette rencontre, juste trois jours après que les «Red» ont remporté le championnat du Japon, le 2 décembre 2006. Saitama portait des couleurs plus gaies!


Mais avant de passer à la rencontre de M. le président, une petite balade du côté du stade Saitama s’est imposée surtout que ce terrain formidable a abrité l’un des matchs de l’Equipe Nationale Tunisienne lors de la Coupe du Monde 2002. Géré par la préfecture de Saitama, ce stade est un vrai bijou architectural conçu sous la forme d’un œil.


D’ailleurs, et depuis la Coupe du Monde, les Japonais ont travaillé pour sauvegarder tous les souvenirs conservés depuis ce grand événement. Une grande salle a été réservée pour une exposition permanente des drapeaux des pays qui ont pris part à cette grande manifestation sportive, une deuxième salle pour les tee-shirts des joueurs vous mettent déjà dans le bain, confirmant la nouvelle place qu’occupe le football dans le quotidien nippon. Flânant d’une salle à l’autre, d’un coin à un autre, mené par une curiosité conjuguée à un émerveillement sans bornes, une carte portant l’autographe de Zico et les empreintes des pas du célèbre Troussier vous interpellent et vous jettent de nouveau dans un bain de souvenirs.


Pas loin de ce terrain qui recèle des histoires et des pensées et à une trentaine de kilomètres de la capitale Tokyo, plus précisément au parc de «Urawa Red Diamonds», sis au 500 Nakanoda, Midori-Ku toujours du côté de Saitama City, la rencontre avec M. Mitsunori Fujiguchi a eu lieu entre des bouquets de fleurs venant des supporters de l’équipe suite à ce succès triomphal lors du championnat professionnel du Japon.


 


«We are Reds !», le passé et le présent…


Cinquante- huit ans et quatre mois, M. Fujiguchi n’a rien perdu de son enthousiasme et de son dynamisme. Ancien joueur japonais qui a brillé entre 1974 et 1982, cadre fondateur de «Urawa Red Diamonds» qui a aussi assumé diverses responsabilités à la tête de l’Association japonaise du football, M. Mitsunori Fujiguchi a choisi de rejoindre depuis 2005 les Reds avant d’être élu président de ce club né de la fusion entre l’équipe de la cité Urawa et l’équipe de Mitsubishi.


Et c’est à M. Fujiguchi de nous offrir des fragments de l’histoire de cette équipe. «Urawa est le nom de la ville où les Reds ont commencé à jouer dans la ligue du Japon en 1993 avant que cette ville ne fusionne avec la ville de Saitama surtout après la naissance des villes avoisinantes Yono et Omiya.


A cette période qui a été marquée par la réforme des équipes des amateurs, J. league a exigé que toutes les équipes doivent avoir une base. Basée à Tokyo, l’équipe de Mitsubishi qui a été à la recherche d’un nouveau terrain selon les nouvelles réglementations a jugé que Urawa pourrait être la base idéale pour cette équipe mais il y avait un problème. Urawa avait déjà son équipe de football. C’est ainsi que l’idée de la fusion de l’équipe de Mitsubishi et celle de Urawa naquit et «Urawa Reds Diamonds» a vu le jour», a souligné M. Mitsunori Fujiguchi, le président de l’équipe des Reds qui était accompagné de M. Daisuke Maruyama, chargé des relations publiques au département des affaires financières. Côté business, l’Urawa Reds Diamonds ne semble pas avoir de problèmes de financement car tout est bien calculé à partir de la contribution du groupe des «Trois diamants», de Mitsubishi, de la préfecture de Saitama, des sponsors, du transfert des joueurs, des abonnements et même de la vente des produits du club.


«J’ai une bonne idée sur l’Equipe Nationale Tunisienne et sur certains joueurs qui ont participé à la Coupe du Monde qu’a abrité notre pays. Je pense que le premier vrai contact entre les supporters japonais et le football tunisien a été à l’époque où le joueur tunisien Zied Tlemçani a joué au Japon et depuis les rendez-vous se sont multipliés», a noté le président de l’équipe. Des connaissances qui pourront être utiles lors de nouveaux rendez-vous tuniso- nippon sur la pelouse du stade Yokohama.                            


«Malheureusement, les équipes japonaises n’ont pas accueilli des joueurs africains», a-t-il souligné. Un regret conjugué à un vœu qui peut devenir une réalité lors de cette Coupe du Monde des Clubs.


Peut-on voir l’un des joueurs de l’Etoile prochainement aux côtés de Ryota Tsuzuki, Shinji Ono et Yuichiro Nagai ? Seul M. Mitsunori Fujiguchi et ses conseillers connaissent la réponse.


 


Imen ABDERRAHMANI




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com