Exposition : Méditation picturale sur les portes du sud





Bien que de par sa carrière, il n’est pas destiné à être artiste, le Dr Jaber Doghri, médecin de formation, vient de nous faire découvrir à travers ses seize œuvres, une peinture qui émane d’un artiste professionnel qui sait ce qu’il fait avec le pinceau une fois devant une porte. 


 


Cette exposition programmée en marge des Journées Théâtrales de Carthage 2007 a attiré de nombreux fans du quatrième art qui ne se sont pas contentés de se bousculer seulement aux portes d’Ibn Rachiq pour suivre les créations théâtrales mais également et surtout pour contempler les seize portes immortalisées par le Dr Doghri dans ses tableaux.


En effet, ces œuvres viennent inverser une nouvelle fois l’ordre établi dans le monde de la peinture. Le Dr Doghri vient de démontrer avec perspicacité qu’avec une simple intuition, on peut créer, peindre et bien. Ses œuvres en témoignent de façon éclatante. Il suffit de les contempler de très près pour s’en rendre compte. La particularité du Dr Doghri est qu’il ait pu reproduire les portes tunisiennes qu’il a visitées avec une fidélité artistique des plus rares. Mais l’appellation des «Portes du sud» ne signifie nullement que l’artiste veut se contenter uniquement des portes du sud tunisien, mais renvoie surtout aux portes du sud de la Méditerranée que l’artiste veut immortaliser à travers une peinture en grande partie abstraite.


Le Dr Doghri met ainsi en exergue les atouts, la finesse et la richesse artistique du sud la Méditerranée en ayant comme référence et source d’inspiration la Tunisie. Ainsi, il n’a pas manqué d’immortaliser à travers ses œuvres ces nombreux sites et endroits qui font le charme touristique et historique de la Tunisie profonde.


«Porte de la Médina 1» est en quelque sorte une invitation à une méditation picturale face à la porte de cette vieille cité chargée d’histoire et d’espoir. Imbu d'espérance, il a voulu faire aussi de «Porte d’espoir», une autre œuvre qui convie les amateurs de la peinture à nourrir et à attiser une forme d’espoir permanent.


Toujours fidèle à sa démarche subtile, mais réaliste dans sa façon de présenter les figures, le Dr Doghri a élaboré une bonne partie de ses œuvres sur une base de réflexions tantôt philosophiques, tantôt subtiles, mais qui frôlent la limite du sublime.


«Porte de la vie», «Porte de la croyance», «Porte du Destin», «Le soleil qui brille sur toutes les portes», sont autant d’œuvres qui donnent matière à réflexion aux visiteurs, une fois devant les tableaux.


Nostalgique qu’il est et surtout de son terroir, le peintre médecin a donné, dans le reste de ses œuvres, une place de choix aux sites et monuments ainsi qu’aux endroits qui font le charme de la Tunisie.


«Porte de la mosquée», «Porte de Matmata», «Porte de Djerba», «Porte de la Petite Médina II», «Porte de la Médina III » illustrent parfaitement cet amour pour ces monuments qui enrichissent le patrimoine culturel et civilisationnel de la Tunisie. Dans sa démarche, l’artiste a tenu à les reproduire dans toute leur originalité, notamment dans le mixage des couleurs. Il s’est appuyé sur la technique de la peinture à l’huile et surtout sur un dosage savant des couleurs bleu, marron, jaune entre autres.


Le tout a été réalisé par l’artiste avec une certaine ingéniosité qui fait ressortir toutes ces couleurs originales propres à lui et qui ne trahissent pas l’authenticité des portes qu’il reproduit et les idées qu’il veut véhiculer.


 


Ousmane WAGUÉ




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com