Au gré des vents





«Zina La Loutre» et autres contes


«Zina la loutre», «L’île», «Le fils du vent», «Les pigeons de l’impasse Catherine», «Sloughi et la panthère» sont les contes offerts par le livre signé par Zinelabidine Benaïssa sous le titre «Zina la loutre et autres contes» paru chez Cérès (2007). Les contes, au-delà des petites histoires imaginées par l’auteur, nous plongent en pleine nature tunisienne pour nous informer, un tant soit peu, de la fertilité de sa faune et de sa flore. Les personnages de ces contes sont ainsi des animaux typiquement tunisiens dont «la loutre» qui tente ici d’échapper à une meute de chiens. Dans «L'île» que l’auteur nous invite à explorer, on découvre le personnage d’Emir qui essaye de sauver l’île de La Galite. On peut en tirer un bon enseignement sur la protection de l’environnement. Idem pour l’aventure de «Sloughi» et «la panthère»...


 


«Kabîr, l’éléphanteau de Carthage»


L’échappée se fait belle à travers cinq contes que nous propose Issam Marzouki dans les éditions Cérès (2007). L’évasion dans l’imaginaire de l’auteur se fait à travers le temps et l’espace. Il nous invite ainsi à revisiter Carthage à l’époque d’Hannibal, là où Bostar, le personnage protagoniste, tente de sauver la dernière monture du général carthaginois.


On passe aussi par Robinson qui dans sa version tunisienne se coiffe d’une jolie chéchia... sans oublier l’ère des dinosaures. L’auteur nous convie à la revivre à travers le personnage d’un berger.


On finit par plonger dans une époque future, au 23e siècle.


 


«Fables»


Les fables de La Fontaine version tunisienne : c’est bien cela l’objet du livre de Afifa Marzouki. Le professeur à la faculté des Lettres de la Manouba nous livre une nouvelle édition de l’ouvrage universel, auquel elle ajoute un lexique pratique, en notes de bas de pages, composé de plus de 500 mots difficiles à expliquer. Le livre est paru dans les éditions Cérès (2007).


 


La nuit du court métrage


L’Association tunisienne pour la promotion de la critique cinématographique (ATPCC) organise la 3e édition de la manifestation la nuit du court-métrage en partenariat avec les salles «Le Mondial», «Africart» et «La Maison du court et du documentaire» et ce, les 27 et 28 décembre. Les œuvres produites sont celles des années 2006, et 2007 et tournées en caméra numérique et sur pellicule.


Rappelons que «La nuit du court métrage» dans les éditions passées a été suivie par un public cinéphile dans des salles archi-combles. Une fois de plus, l’occasion nous est proposée de découvrir ce qui relève du domaine du court métrage en Tunisie et surtout de connaître des noms des jeunes nouveaux cinéastes.


 


M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com