C.A. – S.T. (2 – 0) : Maîtrise clubiste, faillite stadiste !





Forts d’une tradition qui leur était favorable jusqu’ici et d’une réussite fulgurante traduite par le but de Mohamed Bachtobji réalisé soixante-quatorze secondes après le coup de sifflet initial de Aouez Trabelsi, les Clubistes ont entamé les débats sur les chapeaux de roue.


 


Ils sont ainsi parvenus à maîtriser leur sujet et dominer un adversaire stadiste accablé et non moins désarçonné par la mauvaise tournure des événements.


Les «Rouge et Blanc» enhardis par leur réussite allaient en effet s’imposer à l’entrejeu au point de  gagner pratiquement tous les duels et acculer leurs vis-à-vis à se cantonner dans leur zone afin d’endiguer les assauts répétés des Dhaouadi, Mouihbi, ainsi que des hommes du milieu, sans oublier Lassina Sorro qui a pesé de toute sa force et sa formidable stature sur l’arrière-garde des Bardolais.


Certes, le jeune attaquant ivoirien semble assez limité techniquement, mais il compense ses insuffisances sur ce plan par une grande mobilité et par une présence physique constante permettant à ses partenaires du front de l’attaque de bénéficier d’une bonne marge de manœuvre.


En témoigne d’ailleurs l’action survenue cinq minutes seulement après le premier but, à la suite d’une grosse bévue de la paire axiale stadiste justement perturbée par le harcèlement de l’Ivoirien et le pressing exercé par Dhaouadi, et qui a permis à ce dernier de partir en solo depuis la ligne médiane, d’éviter le portier, mais tirer en fin de compte dans le petit filet. Une opportunité qui aurait pu tuer carrément le match, d’autant que les Stadistes ont continué à errer carrément sur le terrain, cédant l’initiative aux Clubistes maîtres de la manœuvre tout au long de la première période.


Les Stadistes, quant à eux, ont péché pendant ce temps par une tactique approximative basée sur un repli,manifestement volontaire, à dessein de lancer des contres rapides en balançant de longues balles à destination de Denizio et Akrout. Mais ces derniers n’ont pas fait le poids face à une défense où Bachtobji et Gharzoul régnaient en seigneurs.


Il est vrai aussi que les deux hommes de pointe de l’ensemble bardolais ont été trahis par leurs partenaires de l’entrejeu accaparés par leurs tâches destructrices, mais également par la petite forme de Belgacem Touniche qui a fini par ailleurs, comble de malheur pour les siens, par se faire expulser dans le temps additionnel de la période initiale.


Ceci n’a pourtant pas empêché le canonnier stadiste de se démener comme un beau diable et tenter de porter le danger dans la zone adverse. C’était, certes, trop peu pour inquiéter Adel Nefzi et consorts, mais il a toutefois failli y parvenir lorsqu’il a été privé d’un penalty flagrant quand il a été pris en sandwich par ses deux anges gardiens.


Or, le referee, hésitant pour une fois à l’occasion de ce derby et mal secondé, ou plutôt «conseillé» par ses deux assistants notamment Anis Daham, en a voulu autrement, en ignorant de décréter la sentence suprême qui aurait pu, sait-on, donner une autre tournure à la rencontre.


Empressons-nous cependant d’avouer que le succès des protégés de Abdelhak Ben Chikha ne souffre d’aucune contestation dans la mesure où ils ont fait preuve d’une meilleure organisation et d’une plus grande détermination.


En conclusion, disons que les Clubistes malgré leur domination territoriale et malgré cette réussite expresse ont bien souffert avant la délivrance finale qui n’est venue qu’à sept minutes  de la fin après la rentrée de Junior Ozagi.


A propos de ce dernier, il faut dire que le coach clubiste  a vu juste en l’associant  à son compatriote Victor Exegi et Youssef Mouihbi.


Quant aux Stadistes, ils ont failli tactiquement puisque jouant sans repères et n’eussent été le manque de réalisme des Clubistes , d’un côté, et le talent de Stefano Toniato, de l’autre, Wissem Naouali et ses compères auraient certainement vécu un sale après-midi...


 


Mansour AMARA




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com