Irak : Les leaders sunnites rejettent la mise en garde de Ben Laden





Le Quotidien-Agences


Des leaders sunnites irakiens en lutte contre la branche irakienne d'Al-Qaïda ont rejeté hier la mise en garde lancée par Oussama ben Laden aux musulmans irakiens pour qu'ils cessent leur soutien au gouvernement de Bagdad et aux Etats-Unis.


"Nous ne voulons pas répondre à Ben Laden parce que cela lui donnerait de l'importance. Le message d'Al-Qaïda est mort en Irak en raison de leurs actions terroristes. Le peuple irakien refuse Al-Qaïda", a déclaré le député sunnite Abdoul Karim al-Samarraï, membre du Parti islamique d'Irak.


Dans un message audio diffusé samedi sur internet, le chef du réseau Al-Qaïda s'en est notamment pris à ce parti sunnite de premier plan membre du gouvernement irakien, affirmant que les musulmans soutenant le parti ou les groupes luttant contre Al-Qaïda trahissaient l'islam.


"Cette déclaration n'a aucun effet sur nous. Al-Qaïda n'a plus aucun pouvoir dans la province d'Al-Anbar (ouest)", a pour sa part déclaré cheikh Khalid Shahoudh, un responsable local du "Conseil du Réveil" en lutte contre Al-Qaïda.


"Les Conseils du Réveil opèrent désormais à travers l'Irak. Nous allons les (partisans d'Al-Qaïda) pourchasser jusqu'à ce que nous soyons débarrassés du dernier d'entre eux", a-t-il poursuivi.


"Nous voulons demander à Ben Laden ce qu'il a fait pour les Irakiens à part tuer et détruire", a-t-il encore dit.


Un chef d'un groupe sunnite dans la province de Diyala, jouxtant celle de Bagdad, Abou Tabarak al-Obaidi, a également rejeté l'appel de Ben Laden, estimant que les affidés d'Al-Qaïda étaient "allés trop loin dans les tueries".


Baptisés "Réveils", des groupes de combattants sunnites ont pris leur essor dans l'ouest du pays il y a plus d'un an pour lutter contre Al-Qaïda et ont proliféré grâce à des financements américains.


Ces groupes sont toutefois la cible régulière d'attaques, notamment dans la province de Diyala, bastion de la branche irakienne d'Al-Qaïda.


 


Attaques  


Hier encore, au moins neuf personnes, dont quatre collégiens, ont été tuées au nord de Bagdad dans un attentat suicide au camion piégé qui visait un barrage de miliciens sunnites, a indiqué la police locale.


Six autres personnes ont péri hier dans deux affrontements au nord de Bagdad entre des villageois sunnites et des partisans d'Oussama Ben Laden, selon les forces de sécurité irakiennes.


Près de Tarmiyah, au moins cinq miliciens et quatre adolescents qui se rendaient à l'école ont péri dans l'explosion d'un camion piégé qu'un kamikaze a précipité contre un barrage, a déclaré le lieutenant Ahmed Abdallah.


Le bilan pourrait s'alourdir alors que deux autres miliciens sunnites sont portés disparus après cette explosion survenue vers 08h45 (05h45 GMT), selon la même source.


Dans la région de Samarra, un villageois sunnite de Tal al-Thahabet et deux extrémistes membres présumés d'Al-Qaïda ont péri dans des affrontements qui ont éclaté tôt lundi matin, selon un membre des forces de sécurité irakienne ayant requis l'anonymat.


Dans la province de Diyala, jouxtant celle de Bagdad, trois membres d'un groupe d'auto-défense sunnite ont été tués après une attaque de militants d'Al-Qaïda contre le village de Dalli Abbas, près de Baqouba, a déclaré le lieutenant-colonel Najm al-Sumaidai de la police locale.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com