Au gré des vents





Colloque à Gabès


*L’Association du Centre du roman arabe de Gabès et le Laboratoire de la narration de la Faculté des lettres et des sciences de Casablanca (Maroc) a organisé  il y a peu, un colloque sur le roman marocain.


Pourquoi le roman marocain, diriez-vous? La manifestation s’inscrit en fait dans la continuité d’un colloque tenu au Maroc au début de l’an dernier (2007) sur le roman tunisien, intitulé: «Lecture dans le roman tunisien». On apprend que ce colloque se tiendra ainsi sur la Libye, la Mauritanie et l’Algérie.


Rappelons dans la foulée que l’Association en question a toujours travaillé sur le roman, et ce, depuis sa création en 1992.


L’assistance a pu ainsi se familiariser avec des noms illustres de l’écriture romanesque au Maroc, tels que Idriss Ben Mlih, Moubarek Rabii, Chouaïb Khelifi.


 


«Le court metrage fait son cinéma»


*Belle idée que celle de mettre sur le devant de la scène des jeunes cinéastes, et de les critiquer d’une manière constructive. C’est bien cela l’objectif escompté par la manifestation qui s’est tenue les 28 et 29 décembre dans nos  salles de cinéma de la capitale: Le Mondial et Africart.


Quelque dix-neuf courts métrages ont été projetés sur le grand écran, donnant à voir un nouveau souffle dans le domaine du cinéma, du court métrage notamment.


Parmi les œuvres qui ont brillé par leur créativité, on retient «Barnous» d’un texte de Samir Ayadi - réalisé par Hamadi Arafa.


«Mourir d’adorer» de Farès Naâna, «Comment sont les autres», de Mohamed Attia, «Fausse-copie» de Sami Belhadj, etc.


A signaler, que l’Association tunisienne  pour la  critique cinématographique ATPCC présidée par Kamel Ben Ouannès s’est tracé depuis sa création en 1986, comme objectif de relancer le dialogue entre le public et les cinéastes en vue de créer autour de l’œuvre cinématographique une véritable critique constructive.


 


M.B.G.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com