Rectifier le tir …





Les Territoires palestiniens évoluent, depuis quelque temps, dans une situation le moins qu’on puisse dire pathétique. Aux affrontements entre miliciens du Fatah et du Hamas qui se sont soldés par 12 morts et des dizaines de blessés, mardi à Gaza, viennent s’ajouter les coutumières exactions israéliennes. Six autres Palestiniens ont été froidement liquidés, hier, lors d’un raid aérien israélien dans cette même ville martyre devenue le théâtre de feux croisés d’un genre inédit qui font de plus en plus de victimes.


La lutte fratricide interpalestinienne sert ainsi de catalyseur pour donner plus de verve à une répression israélienne aveugle. Celle-ci exploite à bon escient ce cafouillage sanglant palestinien qui n’est pas prêt à connaître son épilogue au mépris du bon sens et de la raison.


L’appel lancé par le Président de l’Autorité Mahmoud Abbas dans un discours prononcé à Ramallah, mardi, à «ouvrir une nouvelle page avec le Hamas», a été étouffé ainsi par le bruit des armes.


La haine et la rancœur sont toujours aussi vivaces, de toute évidence, dans les rangs des Palestiniens qui éprouvent ainsi toutes les peines du monde à transcender leurs divergences. Ce qui s’est passé mardi, par delà son aspect tragique, démontre en tout cas que le dialogue de sourds continue malheureusement à régner en maître dans les Territoires occupés, rendant la situation encore plus complexe et hypothéquant une tant espérée réconciliation entre ces deux principales mouvances politiques.


Sans jeter un pavé dans la mare, le Fatah et le Hamas sont tout aussi responsables du pourrissement de la situation. Une situation déplorable qui dessert, à l’évidence, la Cause palestinienne. Cette sorte de bicéphalisme régnant au sein de la direction palestinienne porte gravement préjudice, de fait, à l’unité interpalestinienne et aux aspirations légitimes du peuple palestinien de recouvrer sa liberté et ses droits spoliés. C’est pour cette raison précisément que cette lutte tenace pour le leadership opposant le Fatah au Hamas est un non-sens voire une aberration monumentale. Tous deux ont cruellement besoin d’abord de resserrer les rangs des Palestiniens, partant de l’évidence que le succès, pour le cas d’espèce, ne peut aucunement sourire à celui qui décide de faire cavalier seul. C’est dans l’entente cordiale et surtout le dialogue constructif que les Palestiniens pourront puiser les ressources nécessaires à même de leur permettre de concrétiser leurs objectifs dont le plus important reste sans doute la création d’un Etat indépendant.


Pour tout dire, cette sordide guerre pour un trône fictif n’a pas sa raison d’être. Elle ne fait qu’égarer les Palestiniens dans de vaines conjectures et les méandres de l’incertitude. Elle profite surtout à l’occupant qui gagne ainsi au change et fait l’économie de quelques balles. Qui plus est, ce même occupant ne manquera pas de semer davantage la zizanie pour porter le coup de grâce à cette unité palestinienne, cette redoutable arme de dissuasion et de... libération.


Aux dirigeants du Fatah et du Hamas de tirer les enseignements qui s’imposent et de rectifier le tir... avant qu’il ne soit trop tard...


Chokri BACCOUCHE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com