L’«Olivier généreux et corps poètes» : A l’ombre d’un arbre béni…





Une journée portes ouvertes pour la bonne et noble cause de l’olivier, cet arbre ancestral béni.  Autour d’une succulente idée, avec sa palette de différences, en couleurs,  chants, poésies, les Moulins Mahjoub démarrent la nouvelle année avec une goutte d’huile au parfum d’espoir. C’est samedi prochain à Tebourba.


 


Entre les hommes et les femmes du monde, il n’y a, on le sait, aucune différence. Tous nés avec des os,  enveloppés d’une bonne chair, traversée de veines irriguées de sang, et avec un cœur qui bât au rythme  de la vie. L’on ne se distingue donc que  par les  qualités, par ce que nous sommes, par ce qu’on donne et ce qu’on fait. Et surtout par ce qu’on va léguer aux futures générations, comme l’ont fait nos ancêtres. Un héritage de fierté et un patrimoine à revisiter avec passion.


Une passion qu’on retrouve notamment dans les livres de culture et de savoir, dans les monuments et les architectures authentiques, dans nos traditions vestimentaires et culinaires. Sans oublier l’art et les artistes qui, de par leurs œuvres, témoignent de leur temps. De leur société.  


Quand  on prend, par exemple l’arbre ancestral, l’olivier, c’est tout un dossier  touffu de ses volets de science, de santé, d’économie, de société, d’art et de culture et même de politique et d’énergie, cités dans les versets de notre Coran, qui s’ouvre devant nos yeux.


L’olivier, avec ses  racines torsadées dans la terre, ses branches épanouies dans le ciel et ses feuilles brillantes et  résistantes, a toujours été une source d’inspiration pour nos poètes, romanciers et autres peintres. Et ce n’est pas un  hasard que les Mahjoub, propriétaires du Moulin de Tebourba (et pas Teboulba), ont toujours célébré l’arbre avec un éventail de manifestations.   


Le  thème de cette année  sur l’ «Olivier généreux et corps poètes» aura lieu ce samedi 5 janvier à partir de 14 heures. La bourgade de Tebourba sera donc, comme chaque année à pareille époque, bien en fête grâce  à leur sacré moulin et les efforts de quelques particuliers mécènes. Car l’ «Olivier généreux et corps poètes» est coorganisé par l’Association tunisienne d’Esthétique et de Poétique (ATEP),  Handicap International appelé aussi Kif-Kif et l’Association de la sauvegarde du Patrimoine (ASM) de la ville de Tebourba. Qui abritera, le temps d’un jour une foule de festivités signées par deux Algériens, Abderrahmane El Mouldi (peintre handicapé) et Fadhel Tir ( philosophe poète non voyant qui se réfère à tout ce que lui décrit son compatriote cité à l’instant), Rachid Accache ( peintre marocain handicapé), Inès Racheg  et Jamel Litayem, deux Tunisiens. Une Sfaxienne et un Sudiste handicapés et qui ont  du talent à en revendre. Notre Adel Megdiche national sera aussi de la partie pour présenter son récent livre portant son nom. A ses côtés, sept jeunes artistes accrocheront leurs travaux. Ce sont les Mhammed Ressaïfi, Houda Laâgili, Monia Lamsi, Samir Makhlouf qui vont côtoyer et tutoyer leurs aînés les  Abderrazak Sahli, Samir Makhlouf, Sywar Ben Cheikh et Zied Ayadi. Tous sur le même objectif de «Kif-Kif Palette» pour dire qu’on est égaux et fiers de nos couleurs.


 Les mélomanes auront bien évidemment leur bol de notes et de fraîcheur avec Khaled El Waghleni qui chantera sa « Maya et les étoiles».  Faouzi Gharbi et la troupe Al Amal auront, de leur côté,  leur clavier musical à faire découvrir. Le meilleur est bien sûr pour la fin avec un must de chez nous  : Adel  Bouallègue et sa troupe Ajrass marqueront les divers espaces de la ville. On pense ici à la Zaouia de Sidi Ben Aïssa, le patio Mahjoub et l’autre patio de l’ASM locale.


 


Zohra ABID




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com