Bandes dessinées : Des bédeistes tunisiens au Japon





Les bédeistes amateurs tunisiens aussi bien que les professionnels auront la chance de s’envoler vers le pays du Soleil Levant pour réaliser leurs rêves dans le cadre d’un concours international du manga, lancé par le ministère des Affaires étrangères japonais.


 


Encore à ses premiers balbutiements en Tunisie, l’art de la BD est à la recherche d’une voie vers le grand public. Excepté quelques initiatives individuelles signées par l’artiste et le bédeïste Habib Bouhaouala, le jeune Wajdi Bouassida… et l’expérience menée dans le cadre du Salon international de la bande dessinée de Tazarka, le neuvième art n’a pas encore pu se positionner sur la carte artistique nationale. Une expérience qui est restée à la phase embryonnaire en l’absence de manifestations spécialisées et de publications servant à familiariser le grand public à cet art.


Dans le silence et la discrétion totale, une pléiade de nos artistes a choisi de travailler et de mener ce joli rêve jusqu’au bout dans l’espoir de voir un jour leurs dessins sortir des carnets d’esquisse. Ce rêve pourra se réaliser dans les jours qui viennent dans le cadre d’un concours international, organisé par le ministère des Affaires étrangères japonais,  destiné aux dessinateurs étrangers.


Célèbre pour ses mangas, le Japon  a choisi d’aller loin dans la promotion de sa culture et spécialement de cet art qui a fait sa célébrité et a permis à ses artistes d’être au premier rang.  Bien ancré dans la culture japonaise moderne, le manga est un art dont les origines remontent à la période Nara, surtout avec l'apparition des premiers rouleaux peints japonais : les emakimono. D’autres formes de ces emakimono croisant des peintures à des textes calligraphiés ont vu le jour, favorisant le développement et l’épanouissement de cette expression artistique dont le récit est présenté sur un rouleau. D’ailleurs, cette priorité accordée à l'image – qui peut assurer seule la narration – est aujourd'hui une des caractéristiques les plus importantes du manga.


L’introduction du mouvement et de l’animation a permis à cet art de prendre une nouvelle forme, surtout après la présentation de la 1ère série d’animation japonaise en janvier 1963 et qui portait la signature de l’artiste Tezuka Osamu. Cette nouvelle et grande expérience nipponne a été la source d’inspiration des bédéïstes du monde  entier qui ont trouvé dans cet art un mode  original d’expression artistique. Le grand succès international qu’ont connu les mangas japonais dans les milieux principalement infantiles  a encouragé les artistes à explorer les différents genres et à en inventer de nouveaux, participant de cette façon à l'émergence d’un nouveau genre de manga pour adultes où les bédéïstes abordent des sujets plus « sérieux », reposant sur des scénarios plus complexes, sans toutefois perdre de son humour ni trahir son profond humanisme.


C’est dans cet esprit que le Prix international du manga a été crée en mai 2007 par M. Taro Aso, ministre des Affaires étrangères pour étendre des ponts du dialogue entre la culture japonaise et les autres cultures du monde et favoriser la compréhension et la tolérance entre les peuples.


Les jeunes artistes tunisiens qui désirent prendre part à ce concours international n’ont qu’à tirer les formulaires de participation de l’adresse suivante: www.mofa.go.jp/policy/culture/manga/index.html pour avoir une idée complète sur cette 2e édition du Prix international du manga et sur les conditions de participation ouverte aux artistes aussi bien amateurs que professionnels. Notons que le dernier délai pour envoyer les candidatures a été fixé au 29 février et que le prix sera décerné dans le cadre d’une cérémonie prévue cet été.


Les lauréats seront invités par la Fondation du Japon pour un séjour de dix jours au pays du Soleil Levant. Durant cette période, les heureux lauréats auront l’occasion de rencontrer et de débattre avec des auteurs, des célébrités et d’anciens rédacteurs en chef des plus grandes maisons d’édition nipponnes de manga.


 


Imen ABDERRAHMANI 




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com