Banques : La Caisse d’Epargne reprend le contrôle de la BTK





La Banque Tuniso-Koweïtienne (BTK) devrait passer sous le contrôle de la société française Caisse d’Epargne, à l’issue de ses deux assemblées générales ordinaire et extraordinaire qui seront tenues le 10 janvier courant.


 


Tunis – Le Quotidien


Le Conseil d’Administration de la BTK vient de convoquer les actionnaires de la banque à ses assemblées générales ordinaire et extraordinaire prévues au cours de la semaine prochaine et qui concrétiseront sa cession au groupe français Caisse d’Epargne ayant remporté l’appel d’offres international relatif à ce projet de privatisation lancé depuis quelques mois.


Ces deux assemblées devraient enregistrer une modification des statuts de la banque avec l’entrée au sein de son Conseil d’Administration de six nouveaux administrateurs représentant le groupe français. Ces derniers prendront les sièges des administrateurs démissionnaires qui représentaient les Etats tunisien et koweïtien dans ce Conseil d’Administration.


Le groupe français détient, désormais, le contrôle de la BTK après avoir racheté 60% de son capital suite à l’appel d’offres international lancé par les deux Etats, principaux actionnaires de la banque.


Cet appel d’offres avait enregistré la participation de quatre banques dont trois banques arabes et le groupe français Caisse d’Epargne, qui a fini par le remporter en présentant l’offre la plus alléchante.


Le projet de privatisation de la BTK a été géré par la Banque d’Affaires de Tunisie (BAT) retenue par les Etats tunisien et koweïtien pour les assister à finaliser la cession de la banque à partenaire stratégique.


Le groupe Caisse d’Epargne envisage, en effet, de faire de la BTK une banque d’entreprises spécialisée dans le financement des infrastructures majeures, des grandes sociétés et aussi de petites et moyennes entreprises.


La reprise de la BTK renforce la présence du groupe français à l’échelle internationale et plus particulièrement au niveau du marché de l’Afrique du Nord et de l’Afrique en général.


Elle confirme, par ailleurs, l’intérêt porté par les acteurs financiers internationaux au marché tunisien qui demeure une vraie plate-forme financière régionale, et leur permet de conquérir de nouveaux marchés dans la région.


 


Mohamed ZGHAL




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com