«Olivier généreux et corps poète» : Les fruits de la passion…






Un délicieux cocktail de sons, images et parfums a aromatisé samedi après midi cette brochette d’artistes et penseurs qui a opté pour les Moulins Mahjoub, du côté de Tébourba, juste à 30 km  de la capitale.


 « Olivier généreux et corps poète », un grand événement qui a drainé la foule !


 


Ceux qui ont choisi de se plonger au cœur de la nature pour cette fin de semaine et respirer de l’air frais n’ont pas regretté ce choix. Car, à une trentaine de kilomètres de la Capitale, un autre joli monde sans fard est à découvrir. Il a suffi que l’une des têtes pensantes de cette charmante ville ait l’idée pour que tout bouge et prenne d’autres couleurs. Sociologue de son état, Abdelwaheb Mahjoub a eu le bon filon pour lancer depuis 1996 une manifestation biennale autour d’un arbre béni, l’olivier.


Emblème de la paix et de la fécondité depuis l’antiquité, cet arbre mythique a été cité dans plusieurs versets du Sacré Coran. Et pour que cette manifestation dédiée à cet arbre ancestral soit présentée dans son cadre naturel, ce sociologue a choisi de l’organiser dans les moulins Mahjoub, un espace symbolique qui résume cette relation mythique entre l’homme et cet arbre.


Organisée tous les deux ans par les moulins Mahjoub en collaboration avec l’Association Tunisienne d’Esthétique et de Poétique, cette manifestation culturelle s’est articulée cette année autour du thème «Olivier généreux et corps poète». Un nouveau rendez-vous qui a été organisée samedi dernier au cœur des moulins Mahjoub en  partenariat  avec  «Handicap international» et «L’Association de sauvegarde de la Médina de Tébourba».


 


De l’art au singulier pluriel


Entre les bassins gorgeant d’olives et sur les murs des moulins, une grande exposition réunissant des artistes handicapés et d’autres non-handicapés a attiré les regards des invités de cette nouvelle édition. Il y a de quoi ! Inès Racheg (Tunisie), Jamel Litayem (Tunisie), Abderrahmane El-Moudni (Maroc) et le duo algérien Kader Bentir et Rachid Akkache ont confirmé encore une fois que l’infirmité physique ou mentale ne peut jamais être un handicap pour briller et aller loin sur la voie de la création artistique.


Sur ces mêmes murs qui portaient des fragments de l’histoire de la famille Mahjoub, une autre pléiade d’artistes s’est partagé cette grande passion pour les couleurs. Harmonieusement et dans un dialogue très fructueux, les œuvres de Adel Megdiche, M’hammed Ressaissi, Houda Ajili, Monia Namsi, Abderrazak Sahli, Samir Makhlouf, Siwar Ben Cheikh et Zied Ayadi ont côtoyé celles de Inès, Jamel, Abderrahmane, Kader et Rachid.


Ce grand rendez-vous pictural haut de gamme a vu la présence de ces artistes peintres qui ont profité de cette occasion pour relancer des débats avec le grand public et pour découvrir les différentes étapes de la production de l’huile d’olive. Adel Megdiche et Abderrazak Sahli ont été les vedettes de cet après-midi. Et qui ne connaît pas les belles gazelles qui investissent les toiles de Megdiche ou les toiles mystérieuses de Sahli ? Aux côtés de ces maîtres de la peinture, il y’avait d’autres artistes de la télé, du théâtre, du cinéma, de la musique, de la poésie. Hichem Rostom, Martine Gafsi, Mourad Sakli, Lotfi Bouchnak, Adem Fethi, Mohamed Driss, Sonia M’barek ont répondu présents à cette invitation généreuse de la part des Moulins Mahjoub.


D’autres têtes japonaises et des tunisiens qui ont vécu au pays du Soleil Levant ont choisi de partager avec les habitants de cette ville cette fête biennale. On peut distinguer, le Président résident de l’Agence Japonaise de Coopération Internationale en Tunisie, le peintre japonais Hideyuki Ozawa, le président de l’Amicale des diplômés tunisiens des universités japonaises M. Tarek Chihidi, un expert japonais dans l’exportation de l’huile d’olive qui a été sur le terrain pour des projets à venir dans ce secteur…et sans oublier M. Salah Hanachi, l’ancien ambassadeur de Tunisie au Japon. Une grande rencontre qui a été le noyau de plusieurs projets économiques et artistiques. Car outre l’exportation de l’huile d’olive, les artistes ont mijoté sur un feu doux des projets de futures collaborations. «On pensait programmer pour la prochaine édition un spectacle de Nô japonais qui aura lieu pour la première fois entre les murs des moulins !» nous a confié M. Hanachi.


De sa part, notre talentueux Lotfi Bouchnak a choisi de découvrir l’exposition et l’espace des moulins en compagnie du peintre japonais Hideyuki Ozawa… lors de cet après midi où la musique a été belle et bien présente grâce à ces mini-concerts joués dans divers espaces. Là où on passe, des notes gaies remplissaient les lieux. Au patio de la maison Mahjoub, les invités ont découvert «Maya et les étoiles» de l’artiste Khaled El Weghlani, un projet ambitieux destiné à nos bambins. De ce patio, on passe au siège de l’Association de sauvegarde de la Médina de Tébourba pour découvrir un spectacle signé par la troupe «Al Amal», dirigée par l’artiste Mohamed Faouzi Gharbi. «Souvenirs» est l’intitulé de cette balade musicale avec des artistes en herbe qui ont offert au grand public des joyeux moments. Portés par cette musique, les invités ont découvert l’architecture du siège de cette association qui n’est que la Zaouïa de Sidi Ben Aissa.


Cerise sur le gâteau a été avec Adel Bouallègue et la troupe «Ajrass» qui ont parfumé la soirée par des fragments de leurs recherches musicales qui ont démarré depuis 1999. Un grand événement qui restera graver dans les mémoires de ceux qui ont été là et qui fera rêver ceux qui ont raté cette manifestation !


 

Imen Abderrahmani


Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com