Rauf Helioui : La peinture de l’intimité et du vécu






Rauf Helioui est un peintre portraitiste qui tente de restituer dans ses œuvres les dimensions sensuelles de la femme, à savoir ses parties les plus intimes. A travers son exposition intitulée «Beauté désolée», il nous invite à découvrir les multiples facettes du corps humain tant dans ses représentations simples que charnelles.


 


«Est beau ce qui plaît universellement sans concept» disait Emmanuel Kant. Puisqu’une telle beauté n’existe pas ou demeure pratiquement introuvable, chaque artiste devient ainsi libre de concevoir, à sa manière, et selon sa propre sensibilité artistique ses œuvres et suivant des critères supposés faire de celles-ci «belles» mais qui laissent toutefois libre cours à l’appréciation subjective des fans de la peinture.


«Beauté désolée», propose ainsi des œuvres à travers lesquelles Rauf Helioui jongle avec les couleurs neutres et tente de concilier les mots et les choses avec une certaine façon de réinventer les personnages bien propres à lui. Dans les figures restituées dans ses toiles, il invite en effet le visiteur à s’interroger et à interroger le vécu et surtout sur le rapport entre l’image présentée et le titre donné au tableau. Un titre conçu par l’artiste de façon à embarquer le visiteur dans un questionnement permanent sur la relation entre les figures et figurines conçues et les mots qui les expriment. Car dans cette démarche, l’artiste a surtout opté pour une peinture qui met un accent sur une vision cinématographique. C’est ainsi que la conception des titres relève généralement de toute une anecdote conçue à partir de la vie quotidienne et du théâtre populaire. Mais les figures revivifiées par le peintre dévoilent le corps humain et exhibent toute sa nudité.


Le charme intime de la femme considéré jusque-là comme un tabou que peu d’artistes s’évertuent à peindre a été en effet dévoilé dans tous ses mystères par des corps de femmes à moitié ou totalement nus. Parfois Rauf Helioui, adoptant une démarche provocatrice, fait disparaître une partie du corps pour ne représenter que la partie intime du corps. Mais il ne se limite pas à cette seule représentation intime et cachée de la femme.


Dans certaines toiles, c’est le visage souriant d’un jeune enfant qui est immortalisé tantôt c’est celui d’une jeune femme qui est représenté pour éterniser la beauté sauvage des bédouines.  


Dans d’autres toiles, chaque partie du visage d’un enfant est immortalisée et conçue comme un élément qui exprime un état d’âme, la joie, la tristesse, l’espoir, le désespoir entre autres. Toutefois, c’est dans les différentes toiles consacrées au corps et au charme féminin que le peintre exprime son engagement. Il sort en effet des sentiers battus en démolissant les frontières des tabous pour donner l’occasion au visiteur de voir ce qui lui était interdit jusque-là par les idées préconçues. Mais les titres des toiles sont celles qui donnent beaucoup plus d’interrogations au visiteur. Simples et parfois complexes, ces titres sont un touche-à-tout. «Collés Décalés», «Express Allongée», «Discrétion Assurée», «Pamela Ananas», «Ahlem, je m’aime», tels sont quelques uns de ces intitulés que Rauf Helioui a choisis pour sa trentaine d’œuvres.


S’agissant des couleurs, le peintre a opté pour la sobriété dans le choix des couleurs notamment pour la démarche visant à restituer les portraits des personnages en leur donnant beaucoup de personnalité. Sa technique reste toutefois assez spéciale, même si le peintre utilise, comme de coutume, le couteau et le pinceau. Toutefois, son inspiration reste nourrie par une vision cinématographique de ses tableaux à travers lesquels il a tenté de construire une image sur le quotidien et le vécu.  Cependant, la particularité de sa touche réside dans le fait que le peintre dévoile sans ambages des parties osées du corps féminin autrefois considérées comme un tabou par bon nombre d’artistes.


 


Ousmane WAGUE




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com