E.N. : Lemerre cache-t-il son jeu ?






A voir le onze national jouer les deux matches amicaux contre la Zambie, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur les intentions du sélectionneur national qui n’a pas voulu dévoiler très tôt ses cartes maîtresses.


 


Le résultat importait peu lors de ces deux tests et Roger Lemerre en a profité pour faire participer tout le contingent dont il dispose. Avant d’éliminer les deux joueurs qui ne vont pas faire partie de l’expédition africaine au Ghana, il a donné à chacun de ses hommes une chance pour montrer ce dont il est capable. Lemerre ne s’est pas trop soucié du résultat même si les victoires font du bien au moral de sa troupe. Pour lui, il s’agissait d’un test où d’autres priorités l’emportent sur le résultat. Mais, au fait, n’a-t-il pas essayé de cacher son jeu et de ne rien dévoiler sur la tactique qu’il adoptera et les titulaires sur lesquels il comptera au Ghana.


Si on se réfère aux choix tactiques de Lemerre, on n’a pas vu grand chose, et l’équipe a évolué suivant des schémas différents d’une mi-temps à une autre. D’habitude, le sélectionneur est un adepte du 4-2-3-1, mais il a délaissé cette formule et il a cherché d’autres solutions qui, pratiquement, sont loin de convenir aux véritables potentialités des «Aigles de Carthage». D’ailleurs, Lemerre ne cache pas son intention de surprendre au Ghana. Après le second match contre la Zambie, on a demandé au sélectionneur s’il a déjà supervisé le Sénégal, premier adversaire des Tunisiens à la CAN. Sa réponse confirme ce qu’on vient d’écrire: «Le Sénégal n’a pas beaucoup changé et il comptera pratiquement sur les mêmes joueurs que nous connaissons parfaitement. La continuité constitue l’atout majeur de nos adversaires, mais nous avons, nous autres, nos propres atouts, dont effectivement les changements qui ont eu lieu dans notre effectif et qui ne manqueront pas de surprendre».


Comme on le constate, le sélectionneur tient à ce jeu de… surprise. Il fera sûrement jouer presque la totalité de ses titulaires contre l’Iran, mais il ne dévoilera pas totalement ses plans et ses atouts. Les Sénégalais connaissent bien l’équipe tunisienne des deux dernières CAN 2004 et 2006, mais au Ghana, il y aura une autre génération de joueurs qui disputeront leur première compétition de haut niveau (Mathlouthi, Nefzi, Frej, Meriah, Ghezal, Felhi, Traoui, Zouaghi, Zaïem, Jemaâ, Chermiti, Bekri, Ben Dhifallah…) et on peut s’attendre à tout de la part d’une équipe reconstruite à plus de cinquante pour cent.


Ce jeu de cache-cache sera, probablement, une arme supplémentaire pour Lemerre. L’essentiel, c’est de ne pas voir les nôtres se faire piéger par leur… propre surprise !


 


Kamel ZAÏEM


 


__________________________________


 


* Les deux malheureux évincés réagissent positivement


 


Il fallait éliminer deux joueurs de la liste établie il y a quelques semaines par Lemerre et ce sont Nafkha


et Souissi qui ont été les malheureux... élus.


 


* Nafkha: «Ne pas en faire un drame»


 


«Faire partie du groupe élargi de la Sélection est en soi un honneur. J’ai tout donné pour convaincre le staff technique et mon éviction n’a rien de dramatique car j’aurai le temps de revenir et de m’imposer à condition de continuer à travailler avec le même sérieux. Au cours de ce stage, j’ai beaucoup appris et je suis content d’être parmi ceux qui jouissent de la confiance de Lemerre».


 


* Souissi: «Pas tout à fait surpris»


 


«J’ai rejoint le groupe avec du retard car mon nom ne figurait que sur la liste d’attente. Le sélectionneur n’a pas hésité à me convoquer lorsqu’il avait à remplacer un autre joueur défaillant et ceci veut dire qu’il m’estime et qu’il compte sur moi. En réalité, et au vu des besoins de l’équipe et de la valeur de l’effectif, je n’ai pas été très surpris, mais je reviendrai encore plus fort après la CAN».


 


K.Z.




Articles Similaires:



Source: LeQuotidien: lequotidien-tn.com